200-125 300-115 200-105 200-310 640-911 300-075 300-320 300-360 642-998 QV_DEVELOPER_01 400-101 700-501 117-201 70-696 700-505 600-199
Faisceaux des fibres cérébrales (IRM)
Chercheur(s)

Cyril Couffe

Docteur en psychologie cognitive, Cyril Couffe est Webmaster et Community Manager du site Cortex Mag. Il est également chercheur associé à la Chaire « Talents de la transformation digitale », à Grenoble Ecole de Management. Il s'intéresse en particulier à la cognition des salariés en entreprises et à celle des entrepreneurs.

Voir sa page
Autres articles

Neurosciences : la revue de web de septembre 2017

Au sommaire : stimuler électriquement le cerveau d’un patient en état végétatif, le siège anatomique de notre conscience dans le cerveau, les structures cérébrales impliquées dans l’aversion au fromage, et un saxophoniste qui joue en pleine opération du cerveau.

Stimulé, un patient dans un « état végétatif » récupère une conscience minimale

Il était plongé depuis quinze ans dans un état d’« éveil non répondant », souvent encore nommé état végétatif. Cet homme, aujourd’hui âgé de 35 ans, a récupéré un état de conscience minimale. Comment ? Grâce à une intervention neurochirurgicale : la stimulation électrique répétée d’un nerf crânien, le nerf vague. Ce résultat, publié lundi 25 septembre dans la revue Current Biology, a été obtenu par une équipe lyonnaise associant l’Institut des sciences cognitives-Marc Jeannerod (CNRS – université de Lyon) et les Hospices civils de Lyon. « Cette avancée très importante ouvre une nouvelle piste thérapeutique pour des patients à l’état de conscience altéré », s’enthousiasme le professeur Lionel Naccache, de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM, hôpital de la Pitié-Salpêtrière) à Paris. Un résultat qui ne manquera pas de raviver un âpre débat médical, scientifique, philosophique et éthique. Quel pronostic livrer chez un patient qui présente un trouble grave de la conscience ? Avec quelle fiabilité ? Quelle prise en charge offrir ? Pour quelle qualité de vie, et dans quel espoir ?

> Stimulé, un patient dans un « état végétatif » récupère une conscience minimale – Le Monde

> Lire aussi l’interview d’Angela Sirigu, directrice de l’Institut des sciences cognitives-Marc Jeannerod.

Cerveau : la conscience localisée par des scientifiques de Harvard

Définir la conscience n’est pas simple, cette notion se trouvant au carrefour de plusieurs disciplines : biologie, psychanalyse, philosophie… Les Anglo-Saxons utilisent même deux mots, liés à deux concepts différents, pour la définir. Ainsi, la conscience dite consciousness se décompose en deux composantes : l’éveil (arousal) et la conscience (awareness). Mais en neurologie, où siège la conscience dans le cerveau ? Pour ce qui est de l’état d’éveil (arousal), il est contrôlé par le tronc cérébral, la partie du système nerveux central qui relie le cerveau à la moelle épinière. La localisation de la conscience (awareness) était plus floue jusqu’à présent, même si elle était plutôt pressentie comme étant quelque part dans le cortex. Grâce à des chercheurs de Harvard, on connaît désormais non seulement la région précise du tronc cérébral liée à l’éveil mais aussi les deux régions du cortex qui travaillent ensemble pour former la conscience. Pour en arriver là, l’équipe a étudié 36 patients qui avaient des lésions du tronc cérébral, dont 12 étaient dans le coma et 24 conscients. Ces travaux sont présentés dans la revue Neurology.

> Cerveau : la conscience localisée par des scientifiques de Harvard – Futura Sciences

La France se distingue aux Ig-Nobel

Ce prix caustique créé en 1991 a pour ambition de célébrer l’insolite et l’inventivité, et de parfois dénoncer l’incompétence spectaculaire de quelques scientifiques mais aussi l’absence de scrupule de certains dirigeants politiques. Et, preuve du sérieux de ce prix remis chaque année dans la prestigieuse Université d’Harvard, on trouve des lauréats qui comptent parmi les meilleurs scientifiques de la planète. Cette année, le second lauréat français est le neuroscientifique Jean-Pierre Royet qui, avec son équipe de Lyon, a mené des recherches sur les structures cérébrales impliquées dans… l’aversion au fromage. Car même si la France est le pays qui compte le plus de fromages au monde – plus de 1 600 – c’est aussi cet aliment qui arrive en tête des nourritures qui dégoûtent le plus de personnes…

> La France se distingue aux Ig-Nobel – France Inter

Il joue du saxophone pendant qu’il a le crâne ouvert

Pour que les chirurgiens puissent opérer sa tumeur au cerveau sans endommager les fonctions cérébrales impliquées dans la pratique de son instrument, un homme a dû jouer du saxophone pendant son opération (vidéo en anglais).

> Chirurgie éveillée : il joue du saxophone le crâne ouvert – Sciences et Avenir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *