Mondial 2014 : un paraplégique équipé d’un exosquelette donne le coup d’envoi

Le coup de pied inaugural de la Coupe de monde de football devrait être donné par une personne paralysée équipée d’un exosquelette contrôlé par la pensée. Une première qui annonce la fin des fauteuils roulants ? Pas de faux espoirs, prévient Jérémie Mattout, spécialiste des interfaces cerveau-machine, il reste encore du chemin à parcourir.

(...)

Si tout se passe comme prévu, le coup d’envoi du Mondial 2014 sera donné, le 12 juin prochain, par un jeune paraplégique équipé d’un exosquelette contrôlé par la pensée. Cet événement présentera devant les caméras du monde entier les avancées du programmeWalk Again, vaste projet collaboratif international visant à rendre leur mobilité aux personnes paralysées.

A l’origine de cette spectaculaire démonstration, le brésilien Miguel Nicolelis, médecin et chercheur en neurosciences à la Duke University (Caroline du nord). Ce pionnier des interfaces cerveau-machine travaille depuis des mois avec ses collaborateurs pour mettre au point le dispositif qui permettra au jeune paralysé de se lever de son fauteuil, de faire quelques pas sur la pelouse et de frapper le ballon avec son pied.

L’ordre sera capté par un casque d’électrodes

Comment celui-ci parviendra-t-il à commander l’exosquelette par sa seule volonté ? Le jour J, il sera équipé d’un casque d’électrodes qui mesurera l’activité électrique de ses neurones. L’information enregistrée sera ensuite transmise à un petit ordinateur placé dans un sac à dos, lequel les traduira en commandes motrices qui actionneront l’exosquelette. Un stabilisateur et un système de retour de force destiné à alléger la marche complèteront l’appareillage.

La maîtrise de cet exosquelette suppose toutefois un minimum d’entraînement. C’est pourquoi une dizaine de personnes paraplégiques ont été sélectionnées pour tester le dispositif et se familiariser avec son utilisation. A ce jour, on ne connaît pas l’identité de celui qui aura la chance de taper dans le ballon. Une chose est sûre, des millions de téléspectateurs devraient être témoins de son exploit!

Objectif : remiser les fauteuils roulants
au musée

Avec cette opération, Miguel Nicolelis entend frapper les esprits. N’a-t-il pas déclaré qu’il voulait « faire des fauteuils roulants des pièces de musée » ? Un projet ambitieux, mais qui n’est pas sur le point d’aboutir, tempère Jérémie Mattout, spécialiste des interfaces cerveau-machine au Centre de recherches en neurosciences de Lyon (CRNL). « Le Dr Nicolelis travaille chez l’animal avec des méthodes invasivesqui permettent d’obtenir un signal très précis, explique-t-il. Je doute qu’en utilisant ici des enregistrements non invasifs, il puisse extraire une commande aussi précise et robuste. »

En revanche, l’électro-encéphalographie (assurée par le casque d’électrodes) permet tout à fait une commande de type « on/off » déclenchant un mouvement préprogrammé de l’exosquelette. « S’il a lieu, conclut Jérémie Mattout, ce geste sera un événement fort. Mais il devra être bien expliqué au grand public pour que celui-ci mesure à la fois son caractère prometteur, mais aussi tout le travail qu’il nous reste à accomplir pour réaliser le rêve de Miguel Nicolelis et de tant d’autres, notamment des patients. »

[Mise à jour 13 juin 2014]

L’événement a bien eu lieu au cours de la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde. Equipé de l’exosquelette préparé par l’équipe de Miguel Nicolelisa, Juliano Pinto, un jeune Brésilien paraplégique de 29 ans, a donné le coup d’envoi du match d’ouverture Brésil-Croatie. Le geste était avant tout symbolique. Malheureusement, peu de spectateurs l’ont vu : il s’est déroulé sur le bord du terrain et n’a duré que quelques secondes. Si vous l’avez manqué, voici les images :

Coup d'envoi de la Coupe du Monde 2014 par un jeune brésilien paraplégique équipé d'un exosquelette

Selon Jérémie Mattout, cet événement « peut paraître bien décevant par rapport à l’annonce faite par Miguel Nicolelis. On pouvait s’attendre à ce que le patient soit plus autonome, qu’il se lève, fasse seul quelques pas et donne le coup d’envoi (…) Il me semble que les progrès que cette démonstration reflètent sont plus ceux liés à l’exosquelette que ceux liés à l’interface cerveau-machine à proprement parlé. Toutefois il faut attendre la publication qui décrira le système en détail et les résultats obtenus chez plusieurs patients après entraînement pour véritablement apprécier si ce grand pas pour l’homme ne représente qu’un petit pas pour l’humanité! » conclut-il.

Pour aller plus loin
> Page Facebook de Miguel Nicolelis et du projet Walk Again
> Vidéo du journal The Guardian expliquant le principe de l’exosquelette du projet Walk Again

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chercheur(s)

Jérémie Mattout

Chercheur au sein de l’équipe Dynamique cérébrale et cognition du Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL), spécialiste des interfaces cerveau-machine.

Voir sa page
Laboratoire

Dynamique cérébrale et cognition (Dycog)

Etudie les mécanismes de la perception et de la cognition chez l’homme. Son objectif est de comprendre le substrat neurophysiologique de ces fonctions chez le sujet sain ainsi que leur dysfonctionnement en neurologie et en psychiatrie.

Voir son site
Autres articles