La revue de presse des neurosciences #10

L’actualité des neurosciences de cette fin novembre étant peu chargée, nous allons consacrer une bonne part de cette revue de presse à l’image.

(...)

Times Square illuminé par des neurones

Times Square, quartier mythique de New York, bien connu pour ses panneaux publicitaires immenses, a été illuminé durant quelques minutes avec des photos et des films exceptionnels de neurones. L’artiste à l’origine du projet voulait « explorer l’analogie entre les villes et le cerveau, et faire quelque chose faisant directement appel au merveilleux et au mystère sans expliquer la signification de ces images ». Pari réussi ? On vous laisse en juger sur ces images.

Photo : Sara Karens
Photo : Sara Karens

Activité des neurones dans un cerveau transparent

Une équipe de neuroscientifiques de l’université de Stanford (Californie) a mis au point une technique permettant de rendre un cerveau totalement transparent. Baptisé Clarity, le procédé a été utilisé chez des souris afin de tester l’effet du stress et de la cocaïne sur le cerveau. Voici les étonnantes images que les chercheurs ont pu obtenir :

Au delà de l’esthétique, cette technique pourrait aider à comprendre le fonctionnement des réseaux de neurones dans différentes situations.

Troubles du sommeil et métabolisme

Une nouvelle vidéo « Pom Bio à croquer » de l’Inserm sur le thème du sommeil a été mise en avant par le site Sciences et Avenir. Claude Gronfier, chercheur au laboratoire SBRI, explique le lien entre le manque de sommeil et les troubles neurologiques et métaboliques.

Un simulateur de la maladie de Parkinson pour comprendre les symptômes

Une équipe de chercheurs britanniques de l’Université Royal Holloway de Londres a mis au point un dispositif permettant de ressentir les effets de la maladie de Parkinson, tant sur le plan physique, grâce à un bras mécanique motorisé, que psychologique, grâce à un écran permettant de visualiser la scène. L’expérimentation dure une quinzaine de minutes et est résumée dans cette vidéo en anglais.

Liam Jarvis, responsable de ce projet, estime que ce dispositif « pourrait être utilisé par les professionnels de la santé : en se mettant ainsi à la place de leurs patients, ils pourraient les aider à être plus efficaces au quotidien.« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chercheur(s)

Vincent Giudice

Docteur en biologie, spécialisé dans les cellules souches embryonnaires.

Voir sa page
Autres articles