La revue de presse des neurosciences #11

L’actualité des neurosciences du début décembre. Au programme : l’effet des phtalates sur le QI, Stephen Hawking et l’intelligence artificielle et des neurones colorés.

(...)

Une exposition importante aux phtalates serait responsable d’une baisse de QI

Les phtalates, souvent utilisés comme plastifiants, sont présents dans une quantité impressionnante de produits du quotidien (savons, vernis à ongles, nappes, rideaux de douche, colles…). Depuis quelques années, les propriétés toxiques de certains phtalates ont été identifiées. Début décembre, une équipe de chercheurs américains a mis en évidence la relation entre exposition aux phtalates et baisse du quotient intellectuel (QI). Pour cela, ils ont mesuré la concentration de quatre types de phtalates (DnBP, DiBP, di-2-ethylhexyle et diéthyle) dans les urines de 328 femmes enceintes. Sept ans plus tard, ils ont mesuré le QI des enfants et ont observé que ceux qui avaient été exposés aux plus fortes concentrations de DnBP et DiBP, avaient un QI plus faible que les autres (diminution de 6,7 à 7,6 points).
Selon Robin Whyatt, un des chercheurs impliqué dans l’étude, «l’ampleur de ces différences de QI est troublante. Une baisse de six ou sept points pourrait avoir des conséquences substantielles sur la réussite scolaire et le potentiel professionnel de ces enfants.». Bien que ces résultats restent à confirmer en raison du faible nombre de mesures effectuées, cette étude incite à limiter autant que possible l’exposition aux phtalates par mesure de précaution.

Pour en savoir plus :

Selon Hawking, l’intelligence artificielle pourrait détruire l’humanité

Dans une interview accordée à la BBC, l’astrophysicien Stephen Hawking fait part de ses craintes concernant l’intelligence artificielle : «  Le développement d’une intelligence artificielle autonome peut entraîner la fin de la race humaine (…) L’homme, limité par une évolution biologique lente, ne pourra pas rivaliser et sera dépassé par l’intelligence artificielle qui arrivera à se développer indépendamment. » Un point de vue partagé par plusieurs autres personnalités, tel le milliardaire Elon Musk, le patron de SpaceX (lanceurs spatiaux), ou Rollo Carpenter, créateur de CleverBot (agents conversationnels), qui considère que « nous ne pouvons pas savoir ce qu’il se passera quand une machine pourra dépasser notre propre intelligence. Nous ne pouvons pas être sûr qu’elle nous détruira. Elle pourrait tout aussi bien nous aider ou se développer parallèlement à l’humanité tout en nous ignorant. » Ce débat était en tout cas au centre des discussions des dernières Assises de la sécurité et des systèmes d’information.

Pour en savoir plus :

LES IMAGES DE LA QUINZAINE

Les neurones colorés

Encore une fois, les avancées technologiques dans le domaine des neurosciences nous offrent des images incroyables. Une technique développée par le Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL) permet de voir des neurones in vivo avec une résolution inégalée. Il s’agit du snap-tagging. Cette technique consiste à faire exprimer la protéine Snap dans les neurones d’intérêt et à y fixer des protéines fluorescentes. Paul Heppenstall, directeur de l’équipe qui a mis au point cette technique, explique que « nous avons déjà pu observer des choses que nous ne pouvions pas voir avant grâce à cette technique.« . Et cela nous permet de vous montrer ces images magnifiques.

Neurones impliqués dans le toucher - EMBL
Neurones impliqués dans le toucher – EMBL
Terminaisons nerveuses de la peau en rouge et cellules du derme en bleu - EMBL
Terminaisons nerveuses de la peau en rouge et cellules du derme en bleu – EMBL
Terminaisons nerveuses en rouge autour de poils en bleu - EMBL
Terminaisons nerveuses en rouge autour de poils en bleu – EMBL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chercheur(s)

Vincent Giudice

Docteur en biologie, spécialisé dans les cellules souches embryonnaires.

Voir sa page
Autres articles