Tous les articles par Benoit de La Fonchais

Autres articles
Chercheur(s)

Clément Abbatecola

Doctorant dans l’équipe Cortical Architecture, Coding and Perception  dirigée par H. Kennedy et K. Knoblauch au sein du Stem Cell and Brain Research Institute, à Lyon. Thème de recherche : intégration multimodale dans la perception du visage et de la voix.

Voir sa page
Laboratoire

Institut de recherche cellule souche et cerveau (SBRI)

Le SBRI cherche à définir les caractéristiques du cortex humain, de son développement à l’organisation des réseaux neuronaux qui le composent et rendent possible les fonctions cognitives supérieures. Pour cela, il fait appel à de nombreuses disciplines : biologie cellulaire et moléculaire, neuroanatomie, neurophysiologie, psychophysique, comportement, psychologie expérimentale, neurocomputation, modélisation et robotique. Le SBRI est dirigé par Colette Dehay et Henry Kennedy.

Voir son site
Autres articles
Autres articles
Autres articles
Chercheur(s)

Romain Bet

Doctorant en 2e année au Laboratoire EMC, membre de l’équipe Attention, conscience et états de vigilance dirigée par George A. Michael. Sujet de thèse : « Diminuer le risque de récidive : peut-on se baser sur la personnalité des personnes placées sous main de justice pour développer un dispositif cognitif adapté ? »

Voir sa page

George A. Michael

Membre du laboratoire d’Etude des mécanismes cognitifs (EMC) de Lyon, George A. Michael enseigne la neuropsychologie à l’Université Lyon 2. Il développe des travaux sur l'attention, la conscience et la criminalistique cognitive.

Voir sa page
Laboratoire

Laboratoire d'Etude des mécanismes cognitifs (EMC)

Le Laboratoire EMC rassemble des spécialistes de l'étude de la cognition humaine sur la question des représentations mentales (symboliques ou non-symboliques) et des substrats neuronaux impliqués dans les émotions, l'attention, le langage, la mémoire et l'action. Les recherches fondamentales et appliquées sont menées auprès de populations normales (enfants, jeunes adultes, adultes âgés), déficitaires (dyslexiques, dysphasiques, sourds) et souffrant de pathologies spécifiques (patients Alzheimer, cérébrolésés, psychiatriques).

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Romain Bet

Doctorant en 2e année au Laboratoire EMC, membre de l’équipe Attention, conscience et états de vigilance dirigée par George A. Michael. Sujet de thèse : « Diminuer le risque de récidive : peut-on se baser sur la personnalité des personnes placées sous main de justice pour développer un dispositif cognitif adapté ? »

Voir sa page
Laboratoire

Laboratoire d'Etude des mécanismes cognitifs (EMC)

Le Laboratoire EMC rassemble des spécialistes de l'étude de la cognition humaine sur la question des représentations mentales (symboliques ou non-symboliques) et des substrats neuronaux impliqués dans les émotions, l'attention, le langage, la mémoire et l'action. Les recherches fondamentales et appliquées sont menées auprès de populations normales (enfants, jeunes adultes, adultes âgés), déficitaires (dyslexiques, dysphasiques, sourds) et souffrant de pathologies spécifiques (patients Alzheimer, cérébrolésés, psychiatriques).

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

George A. Michael

Membre du laboratoire d’Etude des mécanismes cognitifs (EMC) de Lyon, George A. Michael enseigne la neuropsychologie à l’Université Lyon 2. Il développe des travaux sur l'attention, la conscience et la criminalistique cognitive.

Voir sa page
Laboratoire

Laboratoire d'Etude des mécanismes cognitifs (EMC)

Le Laboratoire EMC rassemble des spécialistes de l'étude de la cognition humaine sur la question des représentations mentales (symboliques ou non-symboliques) et des substrats neuronaux impliqués dans les émotions, l'attention, le langage, la mémoire et l'action. Les recherches fondamentales et appliquées sont menées auprès de populations normales (enfants, jeunes adultes, adultes âgés), déficitaires (dyslexiques, dysphasiques, sourds) et souffrant de pathologies spécifiques (patients Alzheimer, cérébrolésés, psychiatriques).

Voir son site
Autres articles

George A. Michael enseigne la « criminalistique cognitive »

Enseignant-chercheur en neuropsychologie, George A. Michael mène des travaux sur la cognition des différents acteurs du monde judiciaire : délinquants et criminels, mais aussi témoins, victimes ou experts de la justice. (Croquis d’audience : Sylvie Guillot.)

George A. Michael s’intéresse depuis quelques années à l’apport des sciences cognitives à la criminalistique, ou forensique, approche pluridisciplinaire consistant à établir la preuve de la culpabilité d’une personne mise en cause dans un crime ou un délit à partir de diverses méthodes d’analyse scientifique : chimie, physique, biologie, neurosciences, informatique, imagerie, statistiques… Il a même créé une unité d’enseignement de « criminalistique cognitive » à l’université Lumière-Lyon 2. Épaulé par deux doctorants, Romain Bet (« Diminuer le risque de récidive : peut-on se baser sur la personnalité des personnes placées sous main de justice pour développer un dispositif cognitif adapté ? », lire son interview) et Geoffrey Duran (« Compréhension, attention et émotions : une nouvelle approche de la détection du mensonge »), il propose un demi-cycle spécifique aux étudiants de troisième année de psychologie, où il aborde notamment la cognition des auteurs de crime, mais aussi celle des témoins ou victimes, et celle des experts de la justice.

Essayer de comprendre ce qui se passe dans la tête d’un criminel, ce n’est pas franchement nouveau, non ?
Vous avez raison. La personnalité des criminels a toujours fasciné les foules et intéressé les esprits scientifiques. Cela mérite une brève mise en perspective historique. Partons du XIXe siècle, avec le développement de la criminologie. On a d’abord cherché à analyser le mode opératoire des criminels, leur signature en quelque sorte. Il s’agit d’une approche a posteriori du comportement. Plus tard, dans les années 1960, arrivent les sciences cognitives. Elles s’intéressent aux fonctions de base de la cognition humaine : mémoire, attention, perception, gestualité, etc., puis aux fonctions exécutives. On prend alors en compte les interactions sociales : c’est la naissance des sciences cognitives sociales. C’est dans cette sphère qu’on trouve des comportements comme le mensonge, la manipulation ou l’agression.

Et un jour, les sciences cognitives rencontrent la criminalistique…
C’est cela. Dans les années 1970, des chercheurs se sont intéressés à la fiabilité des témoins oculaires. Ils ont voulu savoir ce qui pouvait biaiser les souvenirs : perméabilité à d’autres informations, mais aussi à la façon dont les questions étaient posées. Depuis la fin des années 1990, les chercheurs se penchent sur la cognition des auteurs de délits ou de crimes. Ils essaient, par exemple, de comprendre, à partir du discours, le mode de fonctionnement cognitif d’agresseurs sexuels, de pédophiles ou de pyromanes. Et, depuis les années 2000, ils s’intéressent aussi à la cognition des experts ainsi qu’aux processus cognitifs qui aboutissent à des erreurs judiciaires. La démarche est complexe. Difficile, en effet, pour des raisons évidentes d’éthique, de s’appuyer sur la recherche expérimentale…

Comment procédez-vous alors ?
Romain Bet, doctorant de mon équipe, travaille sur la cognition de personnes ayant commis des agressions sexuelles. Grâce à des tests de personnalité, d’épreuves cognitives et l’analyse de discours, il essaie de comprendre comment elles perçoivent et comprennent le monde et comment elles passent à l’acte. Son objectif à terme est de mettre au point des méthodes permettant de réduire la récidive (lire son interview).

Ces travaux sont-ils prometteurs ?
Il est trop tôt pour le dire. Ce courant de recherche est encore novateur en France. Dans ce domaine, les pays anglo-saxons sont plus avancés. Il ne faut pas créer d’attentes trop fortes. Et ce n’est pas simple. En matière de sécurité, la société attend des réponses directes, or les sciences cognitives ne les apporteront pas. Rappelons-nous l’engouement pour la psychophysiologie il y a quelques décennies et le fiasco des soi-disant « détecteurs de mensonges ».

Sur le même sujet

Autres articles
Autres articles
Chercheur(s)

Nathalie Bedoin

Enseignant-chercheur, maître de conférences en psychologie à l'université Lyon 2, membre de l'équipe Développement, Neurocognition, Dysfonctionnements au sein du laboratoire Dynamique du langage (Labex ASLAN). Thèmes de recherche : développement typique ou atypique des connaissances conceptuelles ; aide au diagnostic et à la remédiation cognitive chez des enfants dyslexiques ; effets des épilepsies idiopathiques partielles bénignes de l’enfance sur le développement cognitif ;  évaluation et remédiation des troubles de l’attention.

Voir sa page

Audrey Mazur-Palandre

Ingénieure de recherche à l’Université de Lyon pour le Labex ASLAN, docteure en psycholinguistique et développement du langage. Thématiques de recherche : développement du langage oral et écrit, développement de la gestualité chez l’enfant, dyslexie chez le jeune adulte.

Voir sa page

Eddy Cavalli

Enseignant-chercheur en psychologie et sciences cognitives à l'université Lyon 2, membre de l'équipe Apprentissage, développement et troubles du langage au sein du laboratoire d'Etude des mécanismes cognitifs (Labex CORTEX), spécialiste de la dyslexie. Thèmes de recherche : étude des mécanismes d'adaptation et de compensation dans la dyslexie développementale, développement d'outils de dépistage et de diagnostic de la dyslexie, modélisation de la compréhension de l'écrit chez des lecteurs au développement typique et pathologique.

Voir sa page
Autres articles
Chercheur(s)

Luc Zimmer

Professeur des universités, praticien hospitalier et chercheur. Enseigne la neuropharmacologie et la psychopharmacologie à l’Université Claude-Bernard Lyon 1 (UCBL), a la responsabilité d’une plateforme d’imagerie (Cermep) aux Hospices civils de Lyon et dirige une équipe de recherche sur les biomarqueurs radiopharmaceutiques et neurochimiques (Bioran, LabEX PRIMES) au Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL).

Voir sa page
Laboratoire

Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL)

Le CNRL rassemble 14 équipes pluridisciplinaires appartenant à l’Inserm, au CNRS et à l’Université Lyon. Elles travaillent sur le substrat neuronal et moléculaire des fonctions cérébrales, des processus sensoriels et moteurs jusqu'à la cognition. L’objectif est de relier les différents niveaux de compréhension du cerveau et de renforcer les échanges entre avancées conceptuelles fondamentales et défis cliniques.

Voir son site
Autres articles
Autres articles
Autres articles
Autres articles