Des « Neurocontes » illustrés pour expliquer les mystères du cerveau aux enfants


Rencontre avec la chercheuse Mani Saignavongs qui s’est associée à l’illustrateur Benjamin Barret pour raconter au jeune public (mais pas que) des histoires de patients célèbres et, à travers elles, l’histoire de la recherche sur le cerveau.

Dans leur livre Neurocontes, histoires de cerveaux extraordinaires, la chercheuse Mani Saignavongs et l’illustrateur Benjamin Barret mettent à l’honneur des patients aux histoires insolites. Les auteurs nous racontent ainsi ces vies bouleversées par des anomalies ou dommages du cerveau et en profitent pour enseigner au lecteur comment ces patients ont fait progresser les connaissances scientifiques. Après avoir réalisé une thèse au Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL),  dans l’équipe Recherche translationnelle et intégrative en épilepsie (Tiger), Mani Saignavongs a repris des études de médecine. Avec cet ouvrage de vulgarisation, elle désire partager ses connaissances et son enthousiasme avec le jeune public, tout en intéressant les plus grands. Nous sommes allés à sa rencontre.

Qu’est-ce qui vous a amené à écrire ce livre ?
À l’origine, j’ai écrit les trois premières histoires pour préparer un événement destiné au jeune public à l’occasion de la semaine du cerveau. Je me souvenais que, lors de mes études en neurosciences, les professeurs nous avaient raconté des histoires de patients très connues : Phineas Gage, le patient H.M, la patiente S.M… Je les trouvais fascinantes et divertissantes, et je me disais que ça pouvait parler aux plus jeunes. Puis un des organisateurs m’a proposé de les faire illustrer, et on s’est dit que ça pourrait faire un livre. On a ensuite rencontré Odile Jacob, qui nous a demandé d’étoffer un peu.

Expliquer aux enfants comment fonctionne leur cerveau peut les aider pour l’apprentissage

 

Pourquoi avoir choisi un jeune public ?
Je ne suis pas experte de la question, mais j’ai l’impression qu’il y a moins d’offre de vulgarisation pour le jeune public que pour les plus grands et que l’illustration n’est pas assez répandue en neurosciences. Certains parents m’ont confié que ce format leur permet de lire avec leurs enfants, ce à quoi je suis sensible. On aurait tort de ne pas vulgariser pour ce public : des travaux qui sont menés dans l’éducation montrent qu’expliquer aux enfants comment fonctionne leur cerveau peut les aider pour l’apprentissage.

Le public s’est élargi dans un second temps : Jean-Philippe Lachaux [directeur de recherche, équipe Dycog au CRNL, ndlr], qui nous conseillait sur le projet, a trouvé que ce serait bien de faire une partie pour aller plus loin. L’éditeur voulait que ce soit aussi intéressant pour les plus grands, qu’un lecteur averti puisse aussi apprendre quelque chose.

Comment avez-vous sélectionné les histoires ?
L’idée était de choisir des personnalités marquantes des neurosciences, en balayant les grandes fonctions cérébrales, pour que le lecteur puisse repartir avec des connaissances de base. J’ai proposé au départ une dizaine d’histoires de patients célèbres. Puis j’ai eu envie aussi de rajouter des médecins chercheurs, comme Broca et Penfield, et des syndromes insolites comme le split-brain [syndrome résultant de la déconnexion des deux hémisphères, ndlr], ou la vision aveugle.

Quelle part de fiction avez-vous intégrée à la vie des personnages ?
Assez peu en réalité. Le lecteur peut presque prendre ça comme argent comptant. J’ai juste transformé certaines choses : par exemple, la patiente S.M. qui ne connaît pas la peur – que j’ai appelée Suzanne – aimait bien dessiner. Lors de son agression, je l’ai ainsi imaginée en train de rentrer chez elle après un cours de dessin. À l’inverse, pour les illustrations, Benjamin a été libre de s’écarter de la réalité.

Le patient H.M. n’arrivait pas à se souvenir que son père était mort, et cela le rendait triste à chaque fois qu’il l’apprenait

 

Quelle est l’histoire qui vous a le plus marquée ?
Le patient H.M, qui n’arrive plus à créer de souvenirs, est vraiment touchant je trouve. Les articles des chercheurs qui le suivaient sont émotionnellement assez forts, avec des choses qui brisent le cœur. On voit qu’il reste coincé dans le temps, et on a l’impression d’une sérénité naïve constante. Par exemple, il n’arrivait pas à se souvenir que son père était mort, et cela le rendait triste à chaque fois qu’il l’apprenait, mais seulement le temps qu’il s’en souvienne.

Après il y a Suzanne, la patiente S.M., qui a un succès fou, c’est un personnage haut en couleurs. Les articles sont à la fois incroyables et presque humoristiques. Quand je raconte que les chercheurs ont emmené Suzanne dans une maison hantée ou à l’animalerie pour tester sa peur, c’est vrai !

C’est un livre qui fait rire, mais qui peut aussi faire peur, car le lecteur apprend que perdre une partie du cerveau lors d’une opération peut changer sa personnalité, ou bouleverser sa vie. Les recherches sur l’épilepsie ont elles permis d’éviter ces conséquences ?
Énormément. On a assez peu aujourd’hui de déficit post-opératoires, grâce notamment à l’IRM fonctionnel ou l’EEG intracérébral. Par ailleurs, le fait que les histoires que j’ai choisies soient si extraordinaires et rares montre que la plupart du temps, ça ne fait pas des changements aussi énormes. Ces cas ont d’ailleurs permis d’en apprendre beaucoup, notamment le patient H.M. De nos jours, on n’enlèverait jamais aux gens les deux hippocampes à la fois. Pour éviter des pertes de mémoire, on regarde si l’un des deux peut prendre le relais.

Comment expliquer que ces cas soient si rares, et que même avant les progrès de la recherche sur l’épilepsie, retirer un morceau de cerveau pouvait être sans gravité ?
C’est illustré par l’exemple du docteur Penfield, qui fait aussi l’objet d’une histoire. Il a passé sa vie à enlever des bouts de cerveau à des gens. Dans sa biographie, il raconte qu’il a enlevé notamment une tumeur cérébrale très importante dans le lobe frontal de sa sœur, et qu’elle s’en est très bien sortie. On peut supposer que la tumeur a fait que de toute façon cette partie-là du cerveau ne fonctionnait plus et que d’autres parties ont pris le relais avant l’opération : la partie retirée ne servait donc plus à grand-chose. Ça montre aussi qu’il reste sûrement des choses à comprendre sur la répartition des fonctions du cerveau…

Mani Saignavongs, Benjamin Baret, "Neurocontes, Histoires (de cerveaux) extraordinaires (Odile Jacob) Vulgarisation scientifique : les atouts de la BD

Les courtes histoires de ces Neurocontes éveillent la curiosité du lecteur sur le fonctionnement de son cerveau. Chacune aboutit naturellement à des explications scientifiques qui permettent d’aller plus loin et, notamment, d’associer une aire du cerveau à chaque petit conte. Le lecteur repart ainsi avec des notions de base sur les neurosciences. Bien documentée, l’autrice évite les raccourcis simplistes, et parfois au détour d’une histoire prend le temps de démonter une idée reçue. Inspirées de la série Tu Mourras Moins Bête de Marion Montaigne (sur Arte), les illustrations montrent le potentiel de la bande-dessinée pour la vulgarisation scientifique, et donneraient envie d’en voir plus. Un livre idéal pour faire découvrir les neurosciences à tout âge.

> Télécharger un extrait des « Neurocontes » (PDF, p. 1-17)

Chercheur(s)

Mani Saignavongs

Mani Saignavongs a réalisé une thèse au Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL),  dans l’équipe Recherche translationnelle et intégrative en épilepsie (TIGER). L’objectif était de mieux cibler les zones responsables des crises pour les patients résistants aux médicaments. Elle a repris aujourd'hui des études de médecine.

Voir sa page

Mani Saignavongs

Laboratoire

Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL)

Le CNRL rassemble 14 équipes pluridisciplinaires appartenant à l’Inserm, au CNRS et à l’Université Lyon. Elles travaillent sur le substrat neuronal et moléculaire des fonctions cérébrales, des processus sensoriels et moteurs jusqu'à la cognition. L’objectif est de relier les différents niveaux de compréhension du cerveau et de renforcer les échanges entre avancées conceptuelles fondamentales et défis cliniques.

À lire également

Autres articles

Digitrack : une application pour la détection précoce de l'autisme (photo : Valeria Pacella pour Sibius)
Digitrack : un outil innovant pour la détection précoce de l’autisme

Une équipe de chercheurs lyonnais présente une méthode fiable, simple et économique qui permet d’analyser la manière dont un sujet explore une image et de mettre en évidence des symptômes caractéristiques des troubles du spectre de l'autisme.... Lire la suite...

Lire la suite ...
Conférence : "Nouveaux regards sur l'autisme" (Lyon, Labex Cortex)
Conférence : «Nouveaux regards sur l’autisme»

Une conférence sur les dernières avancées sur l'autisme à la lumière des neurosciences. Avec Angela Sirigu et Anna Rita Galiano, mardi 23 mai au Grand Amphi de l'Université ...... Lire la suite...

Lire la suite ...
Le cerveau fonctionne-t-il comme un réseau social (@Aimage/123RF)
Notre cerveau fonctionne-t-il comme Facebook ?

Des neurones connectés à des milliers d’autres neurones «amis», des informations qui se diffusent à toute vitesse et «font le buzz» : les réseaux cérébraux seraient-ils organisés ...... Lire la suite...

Lire la suite ...