L’approche du Human Brain Project n’est pas originale : il existe déjà des plateformes internationales pour intégrer nos données


Pour Henry Kennedy, directeur du LabEx Cortex à Lyon, l’inquiétude des neuroscientifiques face à l’orientation et au management du HBP est justifiée. Il s’en explique et relativise au passage la dimension « révolutionnaire » du projet piloté par Henry Markram. Il espère toutefois que le HBP pourra être modifié en prenant en compte les propositions faites par les signataires de la lettre ouverte.

Henry Kennedy est directeur de recherche à l’Inserm à Lyon. Il est codirecteur de l’Institut cellule souche et cerveau (Stem-cell and Brain Research Institute, Inserm U846) et directeur du laboratoire d’excellence Cortex. Il a coordonné par ailleurs deux consortiums européens dans le domaine de la recherche sur le cerveau : Seco et Daisy.

Chercheur(s)

Henry Kennedy

Responsable scientifique et technique du LabEx CORTEX et co-directeur de l'équipe Cortical Architecture, Coding and Perception au sein du Stem Cell and Brain Research Institute (SBRI, Inserm Lyon). Ses travaux portent sur l'étude de la relation structure-fonction dans le cortex cérébral. Il s'intéresse aussi au développement du cortex cérébral.

Voir sa page

Henry Kennedy

Laboratoire

Institut de recherche cellule souche et cerveau (SBRI)

Le SBRI cherche à définir les caractéristiques du cortex humain, de son développement à l’organisation des réseaux neuronaux qui le composent et rendent possible les fonctions cognitives supérieures. Pour cela, il fait appel à de nombreuses disciplines : biologie cellulaire et moléculaire, neuroanatomie, neurophysiologie, psychophysique, comportement, psychologie expérimentale, neurocomputation, modélisation et robotique. Le SBRI est dirigé par Colette Dehay et Henry Kennedy.

À lire également

Autres articles

George A. Michael veut développer la "criminalistique cognitive" I Croquis d'audience ©Sylvie Guillot, 2003 http://traitsdejustice.bpi.fr/home.php?id=50
George A. Michael enseigne la « criminalistique cognitive »

Enseignant-chercheur en neuropsychologie, George A. Michael mène des travaux sur la cognition des différents acteurs du monde judiciaire : délinquants et criminels, mais aussi témoins, victimes ou experts de la justice.... Lire la suite...

Lire la suite ...
Notre cerveau se souvient mieux des visages qu’il a vraiment rencontrés (©Shutterstock/StunningArt)
Notre cerveau se souvient mieux des visages qu’il a vraiment rencontrés

Ce que nous avons retenu de l’actualité des neurosciences de cette quinzaine dans les médias grand public.... Lire la suite...

Lire la suite ...
Romain Bet étudie les "pensées sombres" des délinquants sexuels
Romain Bet étudie les « pensées sombres » des délinquants sexuels

Doctorant en deuxième année de thèse, Romain Bet mène des recherches sur des détenus condamnés pour des agressions sexuelles. Il tente de cerner ...... Lire la suite...

Lire la suite ...