Chercheur(s)

Romain Bet

Doctorant en 2e année au Laboratoire EMC, membre de l’équipe Attention, conscience et états de vigilance dirigée par George A. Michael. Sujet de thèse : « Diminuer le risque de récidive : peut-on se baser sur la personnalité des personnes placées sous main de justice pour développer un dispositif cognitif adapté ? »

Voir sa page

George A. Michael

Membre du laboratoire d’Etude des mécanismes cognitifs (EMC) de Lyon, George A. Michael enseigne la neuropsychologie à l’Université Lyon 2. Il développe des travaux sur l'attention, la conscience et la criminalistique cognitive.

Voir sa page
Laboratoire

Laboratoire d'Etude des mécanismes cognitifs (EMC)

Le Laboratoire EMC rassemble des spécialistes de l'étude de la cognition humaine sur la question des représentations mentales (symboliques ou non-symboliques) et des substrats neuronaux impliqués dans les émotions, l'attention, le langage, la mémoire et l'action. Les recherches fondamentales et appliquées sont menées auprès de populations normales (enfants, jeunes adultes, adultes âgés), déficitaires (dyslexiques, dysphasiques, sourds) et souffrant de pathologies spécifiques (patients Alzheimer, cérébrolésés, psychiatriques).

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Romain Bet

Doctorant en 2e année au Laboratoire EMC, membre de l’équipe Attention, conscience et états de vigilance dirigée par George A. Michael. Sujet de thèse : « Diminuer le risque de récidive : peut-on se baser sur la personnalité des personnes placées sous main de justice pour développer un dispositif cognitif adapté ? »

Voir sa page
Laboratoire

Laboratoire d'Etude des mécanismes cognitifs (EMC)

Le Laboratoire EMC rassemble des spécialistes de l'étude de la cognition humaine sur la question des représentations mentales (symboliques ou non-symboliques) et des substrats neuronaux impliqués dans les émotions, l'attention, le langage, la mémoire et l'action. Les recherches fondamentales et appliquées sont menées auprès de populations normales (enfants, jeunes adultes, adultes âgés), déficitaires (dyslexiques, dysphasiques, sourds) et souffrant de pathologies spécifiques (patients Alzheimer, cérébrolésés, psychiatriques).

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

George A. Michael

Membre du laboratoire d’Etude des mécanismes cognitifs (EMC) de Lyon, George A. Michael enseigne la neuropsychologie à l’Université Lyon 2. Il développe des travaux sur l'attention, la conscience et la criminalistique cognitive.

Voir sa page
Laboratoire

Laboratoire d'Etude des mécanismes cognitifs (EMC)

Le Laboratoire EMC rassemble des spécialistes de l'étude de la cognition humaine sur la question des représentations mentales (symboliques ou non-symboliques) et des substrats neuronaux impliqués dans les émotions, l'attention, le langage, la mémoire et l'action. Les recherches fondamentales et appliquées sont menées auprès de populations normales (enfants, jeunes adultes, adultes âgés), déficitaires (dyslexiques, dysphasiques, sourds) et souffrant de pathologies spécifiques (patients Alzheimer, cérébrolésés, psychiatriques).

Voir son site
Autres articles

George A. Michael enseigne la « criminalistique cognitive »

Enseignant-chercheur en neuropsychologie, George A. Michael mène des travaux sur la cognition des différents acteurs du monde judiciaire : délinquants et criminels, mais aussi témoins, victimes ou experts de la justice. (Croquis d’audience : Sylvie Guillot.)

George A. Michael s’intéresse depuis quelques années à l’apport des sciences cognitives à la criminalistique, ou forensique, approche pluridisciplinaire consistant à établir la preuve de la culpabilité d’une personne mise en cause dans un crime ou un délit à partir de diverses méthodes d’analyse scientifique : chimie, physique, biologie, neurosciences, informatique, imagerie, statistiques… Il a même créé une unité d’enseignement de « criminalistique cognitive » à l’université Lumière-Lyon 2. Épaulé par deux doctorants, Romain Bet (« Diminuer le risque de récidive : peut-on se baser sur la personnalité des personnes placées sous main de justice pour développer un dispositif cognitif adapté ? », lire son interview) et Geoffrey Duran (« Compréhension, attention et émotions : une nouvelle approche de la détection du mensonge »), il propose un demi-cycle spécifique aux étudiants de troisième année de psychologie, où il aborde notamment la cognition des auteurs de crime, mais aussi celle des témoins ou victimes, et celle des experts de la justice.

Essayer de comprendre ce qui se passe dans la tête d’un criminel, ce n’est pas franchement nouveau, non ?
Vous avez raison. La personnalité des criminels a toujours fasciné les foules et intéressé les esprits scientifiques. Cela mérite une brève mise en perspective historique. Partons du XIXe siècle, avec le développement de la criminologie. On a d’abord cherché à analyser le mode opératoire des criminels, leur signature en quelque sorte. Il s’agit d’une approche a posteriori du comportement. Plus tard, dans les années 1960, arrivent les sciences cognitives. Elles s’intéressent aux fonctions de base de la cognition humaine : mémoire, attention, perception, gestualité, etc., puis aux fonctions exécutives. On prend alors en compte les interactions sociales : c’est la naissance des sciences cognitives sociales. C’est dans cette sphère qu’on trouve des comportements comme le mensonge, la manipulation ou l’agression.

Et un jour, les sciences cognitives rencontrent la criminalistique…
C’est cela. Dans les années 1970, des chercheurs se sont intéressés à la fiabilité des témoins oculaires. Ils ont voulu savoir ce qui pouvait biaiser les souvenirs : perméabilité à d’autres informations, mais aussi à la façon dont les questions étaient posées. Depuis la fin des années 1990, les chercheurs se penchent sur la cognition des auteurs de délits ou de crimes. Ils essaient, par exemple, de comprendre, à partir du discours, le mode de fonctionnement cognitif d’agresseurs sexuels, de pédophiles ou de pyromanes. Et, depuis les années 2000, ils s’intéressent aussi à la cognition des experts ainsi qu’aux processus cognitifs qui aboutissent à des erreurs judiciaires. La démarche est complexe. Difficile, en effet, pour des raisons évidentes d’éthique, de s’appuyer sur la recherche expérimentale…

Comment procédez-vous alors ?
Romain Bet, doctorant de mon équipe, travaille sur la cognition de personnes ayant commis des agressions sexuelles. Grâce à des tests de personnalité, d’épreuves cognitives et l’analyse de discours, il essaie de comprendre comment elles perçoivent et comprennent le monde et comment elles passent à l’acte. Son objectif à terme est de mettre au point des méthodes permettant de réduire la récidive (lire son interview).

Ces travaux sont-ils prometteurs ?
Il est trop tôt pour le dire. Ce courant de recherche est encore novateur en France. Dans ce domaine, les pays anglo-saxons sont plus avancés. Il ne faut pas créer d’attentes trop fortes. Et ce n’est pas simple. En matière de sécurité, la société attend des réponses directes, or les sciences cognitives ne les apporteront pas. Rappelons-nous l’engouement pour la psychophysiologie il y a quelques décennies et le fiasco des soi-disant « détecteurs de mensonges ».

Sur le même sujet

Chercheur(s)

Luc Zimmer

Professeur des universités, praticien hospitalier et chercheur. Enseigne la neuropharmacologie et la psychopharmacologie à l’Université Claude-Bernard Lyon 1 (UCBL), a la responsabilité d’une plateforme d’imagerie (Cermep) aux Hospices civils de Lyon et dirige une équipe de recherche sur les biomarqueurs radiopharmaceutiques et neurochimiques (Bioran, LabEX PRIMES) au Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL).

Voir sa page
Laboratoire

Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL)

Le CNRL rassemble 14 équipes pluridisciplinaires appartenant à l’Inserm, au CNRS et à l’Université Lyon. Elles travaillent sur le substrat neuronal et moléculaire des fonctions cérébrales, des processus sensoriels et moteurs jusqu'à la cognition. L’objectif est de relier les différents niveaux de compréhension du cerveau et de renforcer les échanges entre avancées conceptuelles fondamentales et défis cliniques.

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Jean-Claude Dreher

Directeur de l’équipe «Neuroéconomie, récompense et prise de décision» au sein du Centre de neurosciences cognitives (UMR 5229, Lyon). L’objectif de ses recherches est de mieux comprendre les mécanismes neuronaux de la prise de décisions individuelle et sociale, ainsi que ses relations au système de récompense.

Voir sa page
Laboratoire

Institut des sciences cognitives (ISC) Marc-Jeannerod

L'Institut des sciences cognitives Marc-Jeannerod rassemble six équipes pluridisciplinaires appartenant au CNRS et à l’Université Lyon. Elles travaillent sur le substrat et les mécanismes cérébraux à l'œuvre dans les processus sensoriels et cognitifs allant jusqu'à la cognition sociale. L’objectif est de relier les différents niveaux de compréhension du cerveau et de renforcer les échanges entre avancées conceptuelles fondamentales et défis cliniques.

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Antoinette Baujard

Professeur associé à l’université Jean-Monnet Lyon-Saint-Etienne et directrice adjointe du Groupe d’analyse et de théorie économique Lyon-Saint-Etienne (GATE LSE). Thèmes de recherche : économie du bien-être et théorie du choix social, théorie du vote, philosophie et science politique.

Voir sa page
Laboratoire

Groupe d’Analyse et de Théorie Economique Lyon-Saint-Etienne (GATE LSE)

Le GATE LSE est une unité mixte de recherche (UMR 5824) rattachée au CNRS, aux universités Lyon 1, Lyon 2 et Saint-Etienne, ainsi qu’à l’ENS de Lyon. Le laboratoire mène des travaux relevant de l’économie théorique et de l’économie appliquée. Ils portent sur l’économie comportementale, la théorie des jeux et les choix collectifs, les politiques publiques et l’espace, la macroéconomie, la finance et l’histoire de l’analyse économique. Le GATE LSE possède une plateforme expérimentale de pointe, GATE-LAB, qui permet la réalisation d’une grande variété de protocoles expérimentaux.

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Angela Sirigu

Directrice de l’Institut de sciences cognitives (ISC) Marc-Jeannerod, chercheure CNRS en neuropsychologie et neuroscience cognitive, médaille d’argent du CNRS en 2013.

Voir sa page
Laboratoire

Institut des sciences cognitives (ISC) Marc-Jeannerod

L'Institut des sciences cognitives Marc-Jeannerod rassemble six équipes pluridisciplinaires appartenant au CNRS et à l’Université Lyon. Elles travaillent sur le substrat et les mécanismes cérébraux à l'œuvre dans les processus sensoriels et cognitifs allant jusqu'à la cognition sociale. L’objectif est de relier les différents niveaux de compréhension du cerveau et de renforcer les échanges entre avancées conceptuelles fondamentales et défis cliniques.

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Camille Fauchon

Doctorant en 3e année à l’université Jean-Monet, membre de l’équipe d’intégration centrale de la douleur chez l’homme (NeuroPain) au sein du Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL, Inserm U1028), s’intéresse aux modulations cognitives et émotionnelles de la douleur chez l’homme, en particuliers l’effet de l’empathie et du support social.

Voir sa page
Laboratoire

Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL)

Le CNRL rassemble 14 équipes pluridisciplinaires appartenant à l’Inserm, au CNRS et à l’Université Lyon. Elles travaillent sur le substrat neuronal et moléculaire des fonctions cérébrales, des processus sensoriels et moteurs jusqu'à la cognition. L’objectif est de relier les différents niveaux de compréhension du cerveau et de renforcer les échanges entre avancées conceptuelles fondamentales et défis cliniques.

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Benjamin Monnery

Docteur en économie, actuellement chargé d'enseignement à l'Université Lumière Lyon 2. Membre de l'axe Politiques publiques et espace au sein du Groupe d'analyse et de théorie économique (GATE, CNRS). Ses travaux empiriques tentent de mesurer les effets des politiques publiques aussi bien dans le champ pénal (liens entre prison et récidive) que dans le domaine de la politique (comportements des élus et des électeurs).

Voir sa page
Laboratoire

Groupe d’Analyse et de Théorie Economique Lyon-Saint-Etienne (GATE LSE)

Le GATE LSE est une unité mixte de recherche (UMR 5824) rattachée au CNRS, aux universités Lyon 1, Lyon 2 et Saint-Etienne, ainsi qu’à l’ENS de Lyon. Le laboratoire mène des travaux relevant de l’économie théorique et de l’économie appliquée. Ils portent sur l’économie comportementale, la théorie des jeux et les choix collectifs, les politiques publiques et l’espace, la macroéconomie, la finance et l’histoire de l’analyse économique. Le GATE LSE possède une plateforme expérimentale de pointe, GATE-LAB, qui permet la réalisation d’une grande variété de protocoles expérimentaux.

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Mélodie Fouillen

Doctorante au sein de l’équipe Dycog (dynamique cérébrale et cognition) du Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL). Sa thèse : « Vers une alternative non-médicamenteuse pour la prise en charge du TDA/H : évaluation clinique d’un nouveau marqueur neurophysiologique pour l’entraînement de l’attention par interface cerveau-ordinateur. »

Voir sa page
Laboratoire

Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL)

Le CNRL rassemble 14 équipes pluridisciplinaires appartenant à l’Inserm, au CNRS et à l’Université Lyon. Elles travaillent sur le substrat neuronal et moléculaire des fonctions cérébrales, des processus sensoriels et moteurs jusqu'à la cognition. L’objectif est de relier les différents niveaux de compréhension du cerveau et de renforcer les échanges entre avancées conceptuelles fondamentales et défis cliniques.

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Cyril Couffe

Docteur en psychologie cognitive, Cyril Couffe est Webmaster et Community Manager du site Cortex Mag. Il est également chercheur associé à la Chaire « Talents de la transformation digitale », à Grenoble Ecole de Management. Il s'intéresse en particulier à la cognition des salariés en entreprises et à celle des entrepreneurs.

Voir sa page
Laboratoire

Laboratoire d'Etude des mécanismes cognitifs (EMC)

Le Laboratoire EMC rassemble des spécialistes de l'étude de la cognition humaine sur la question des représentations mentales (symboliques ou non-symboliques) et des substrats neuronaux impliqués dans les émotions, l'attention, le langage, la mémoire et l'action. Les recherches fondamentales et appliquées sont menées auprès de populations normales (enfants, jeunes adultes, adultes âgés), déficitaires (dyslexiques, dysphasiques, sourds) et souffrant de pathologies spécifiques (patients Alzheimer, cérébrolésés, psychiatriques).

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Gaën Plancher

Maître de conférence à l'université Lumière Lyon 2, Gaën Plancher fait partie de l'équipe Mémoire, émotion, action au sein du laboratoire d'Etudes des mécanismes cognitifs (EMC). Elle est spécialiste de la mémoire.

Voir sa page

Cyril Couffe

Docteur en psychologie cognitive, Cyril Couffe est Webmaster et Community Manager du site Cortex Mag. Il est également chercheur associé à la Chaire « Talents de la transformation digitale », à Grenoble Ecole de Management. Il s'intéresse en particulier à la cognition des salariés en entreprises et à celle des entrepreneurs.

Voir sa page
Laboratoire

Laboratoire d'Etude des mécanismes cognitifs (EMC)

Le Laboratoire EMC rassemble des spécialistes de l'étude de la cognition humaine sur la question des représentations mentales (symboliques ou non-symboliques) et des substrats neuronaux impliqués dans les émotions, l'attention, le langage, la mémoire et l'action. Les recherches fondamentales et appliquées sont menées auprès de populations normales (enfants, jeunes adultes, adultes âgés), déficitaires (dyslexiques, dysphasiques, sourds) et souffrant de pathologies spécifiques (patients Alzheimer, cérébrolésés, psychiatriques).

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Kris Lund

Ingénieur de recherche au CNRS, Kris Lund est responsable de l’équipe Cogcinel (cognition, collaboration, interactions en ligne) au sein du laboratoire Icar (interactions, corpus, apprentissage, représentations). Il s'agit d'une équipe pluridisciplinaire composée de chercheurs en sciences cognitives, psychologie, linguistique, informatique et sciences de l’information. Kris Lund est par ailleurs directrice scientifique et cofondatrice de la société CogniK.

Voir sa page
Laboratoire

Icar (Interactions, Corpus, Apprentissage, Représentations)

Unité mixte du CNRS, le laboratoire ICAR se caractérise par des activités scientifiques pluridisciplinaires focalisées sur l’analyse multidimensionnelle des usages de la langue dans l’interaction et dans le texte, appréhendée de manière outillée sur de grands corpus de données orales interactives et textuelles.

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Fabio Galleoti

Post-doctorant au sein du Groupe d’analyse et de théorie économique (GATE). Mène des recherches dans le champ de l'économie comportementale et expérimentale.

Voir sa page

Zhixin Dai

Doctorant au sein du Groupe d’analyse et de théorie économique (GATE), sous la direction de Marie Claire Villeval. Son sujet de thèse porte sur les politiques d’audit.

Voir sa page

Marie Claire Villeval

Directrice de recherche CNRS au sein du Groupe d’Analyse et de Théorie Economique Lyon-Saint-Etienne et directrice de la plateforme GATE-Lab, spécialiste d’économie comportementale et expérimentale.

Voir sa page
Laboratoire

Groupe d’Analyse et de Théorie Economique Lyon-Saint-Etienne (GATE LSE)

Le GATE LSE est une unité mixte de recherche (UMR 5824) rattachée au CNRS, aux universités Lyon 1, Lyon 2 et Saint-Etienne, ainsi qu’à l’ENS de Lyon. Le laboratoire mène des travaux relevant de l’économie théorique et de l’économie appliquée. Ils portent sur l’économie comportementale, la théorie des jeux et les choix collectifs, les politiques publiques et l’espace, la macroéconomie, la finance et l’histoire de l’analyse économique. Le GATE LSE possède une plateforme expérimentale de pointe, GATE-LAB, qui permet la réalisation d’une grande variété de protocoles expérimentaux.

Voir son site
Autres articles