La revue de presse des neurosciences #16

Au programme de cette quinzaine : voir des neurones qui s’activent en temps réel, l’hormone de l’amour rend sobre et les événements du mois de mars.

(...)

IMAGE

Observation en temps réel d’une activité cérébrale

Une équipe de chercheurs américains de l’institut médical Howard-Hughes (Maryland, Etats-Unis) vient de mettre au point une technique permettant d’observer de façon très précise l’activation des neurones lors de la réalisation d’une action. Cela existe déjà, me direz-vous ? Vous avez raison, mais la grande nouveauté de cette technique tient au fait que les chercheurs ne sont plus obligés d’immobiliser le cobaye pour observer l’activité du cerveau. Cette nouvelle molécule appelée CaMPARI permet de « colorer » les neurones en vert de manière permanente lorsqu’ils sont inactifs. Une fois qu’ils sont activés, les neurones deviennent rouges, comme le montre cette image animée.
CaMPARI neurones
« Cette transition du vert au rouge permet d’obtenir un signal permanent, explique Eric Schreiter un des chercheurs de l’équipe américaine. Cela nous permet de ne plus avoir le microscope pointé sur l’organisme pendant l’expérience. Nous pouvons maintenant observer l’activité neuronale d’une larve de mouche en train de ramper ou d’un poisson en train de nager. » Comme le montre la vidéo ci-dessous, présentant l’activité du cerveau d’un poisson zebrafish.

Pas question pour Loren Looger, le directeur de l’équipe de recherche, de garder cette nouvelle technique pour lui : « Nous espérons mettre ce nouvel outil à la disposition d’une centaine voire d’un millier de laboratoires, et nous avons hâte de voir ce que les neuroscientifiques en feront.« 

Pour en savoir plus :

VIDEO

L’hormone de l’amour rend sobre

Des chercheurs australiens et allemands viennent de publier un article dans le journal scientifique PNAS dans lequel ils expliquent avoir découvert que l’ocytocine, plus communément appelée hormone de l’amour, permettrait de limiter l’effet de l’alcool sur notre organisme. Michael Bowen, premier auteur de cette étude, rappelle ainsi que « l’alcool détériore votre coordination en inhibant l’activité des régions cérébrales qui procurent un bon contrôle moteur« . Or, comme le montre la vidéo ci-dessous, les chercheurs ont réussi à montrer que l’ocytocine diffusée en grande quantité dans le cerveau permettait de maintenir un bon contrôle moteur malgré la prise d’alcool. Sur la gauche de la vidéo se trouvent les rats sobres, au centre il s’agit de rats alcoolisés et sur la droite il s’agit de rats ayant reçu une forte dose d’ocytocine avant d’être alcoolisés.

On le voit : le rat de droite a le même comportement que le rat sobre. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas modérer sa consommation d’alcool. « L’ocytocine peut réduire votre niveau d’intoxication, mais cela ne changera rien au taux d’alcool dans le sang« , prévient le chercheur. Et les effets néfastes de l’alcool sont bien plus importants qu’une simple perte de coordination.

Pour en savoir plus :

SITE WEB

Le musée de l’empathie

Regarder le monde à travers les yeux d’autres personnes. Tel est l’objectif du musée de l’empathie. Cette exposition itinérante et virtuelle montée par une équipe pluridisciplinaire, dont des neuroscientifiques, permet aux visiteurs de développer leur capacité d’empathie et de modifier leur relation aux autres.
>Affaire à suivre par ici

ÉVÉNEMENTS A VENIR

Musique et cerveau : cycle de conférence de Radio France

De mars à septembre, Radio France propose un cycle de conférences sur le thème Musique et Cerveau, avec notamment la participation d’Hervé Platel, professeur de neuropsychologie, d’Emmanuel Bigand, professeur de psychologie cognitive, et de Barbara Tillmann, du CNRS-unité Neurosciences et systèmes sensoriels (Lyon).
>Le programme complet des conférences est disponible ici

16-22 mars : la Semaine du cerveau

Comme chaque année, la société des neurosciences organise la Semaine du cerveau. Cette année elle aura lieu du 16 au 22 mars dans une trentaine de villes françaises. Au programme, de nombreuses conférences grand public, ateliers découverte, contes neuroludiques…
> Pour en savoir plus sur le programme de votre ville
A Lyon, le LabEx CORTEX est coorganisateur de l’événement (lire notre article sur le sujet).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chercheur(s)

Vincent Giudice

Docteur en biologie, spécialisé dans les cellules souches embryonnaires.

Voir sa page
Autres articles