La revue de presse des neurosciences #6

Au sommaire : mesurer le niveau de conscience d’une personne dans le coma grâce à Hitchcock, première greffe de tissu issu de cellules iPS chez l’homme, finale internationale du concours « Ma thèse en 180 secondes », l’EEG et des brèves.

(...)

Hitchcock fait réagir une personne dans le coma depuis 16 ans

Nous vous avons récemment présenté les travaux de Dominique Morlet concernant l’évaluation des différents états de conscience. D’autres équipes travaillent sur le sujet. C’est notamment le cas de l’équipe de Lorina Naci dont les travaux viennent d’être publiés dans le journal PNAS.
Ces chercheurs britanniques ont projeté un film d’Hitchcock à un groupe de personnes saines ainsi qu’à deux patients dans le coma : une jeune fille de 20 ans et un homme de 34 ans plongé dans un état végétatif depuis l’âge de 18 ans. En analysant leur activité cérébrale par IRM fonctionnelle, ils ont eu la surprise de constater que le cerveau du jeune homme (Patient 2) réagissait au film comme celui d’une personne saine (Healthy Group). Alors qu’aucune activité n’était mesurée dans le cerveau de la jeune femme (Patient 1).

Selon Lorina Naci, « cette étude ouvre la voie à une nouvelle méthode visant à chercher des signes de conscience chez les patients en état végétatif ». Elle met toutefois en garde contre des conclusions hâtives : « Les similitudes cérébrales ne prouvent pas que le patient en état végétatif vit la même expérience consciente que les patients sains. » (article publié sur le site Sciences et Avenir)

Pour en savoir plus :

Première greffe de tissu issu de cellules iPS chez l’homme

Mi-septembre, une septuagénaire japonaise atteinte de DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) est devenue la première patiente traitée à partir de cellules souches pluripotentes induites (iPS). Les chercheurs japonais du Riken ont réussi à recréer à partir de cellules iPS de cette patiente un film de cellules rétiniennes. Ils ont alors pu effectuer une auto-greffe chez la patiente atteinte de DMLA : une première mondiale. Certes, il s’agit d’une première étape dans la thérapie cellulaire à base de cellules souches. Les chercheurs japonais reconnaissent que la greffe a peu de chance de redonner la vue à leur patiente. L’intérêt de cet essai thérapeutique est avant tout de vérifier que les cellules implantées ne déclenchent pas d’effet secondaire sur le long terme, notamment des cancers.

Pour en savoir plus :

LA SCIENTIFIQUE DE LA QUINZAINE

La française Noémie Mermet remporte la finale internationale du concours « Ma thèse en 180 secondes »

Douze finalistes venant de quatre pays francophones (France, Belgique, Canada et Maroc) se sont retrouvés à Montréal le 25 septembre dernier pour la finale du concours Ma thèse en 180 secondes. L’objectif : expliquer son sujet de thèse et ses travaux de manière simple et ludique en moins de 3 minutes. La grande gagnante de l’épreuve est une doctorante en neurosciences française, Noémie Mermet, dont le sujet de thèse est « L’implication des récepteurs 5-HT2A dans la modulation des interneurones PKCγ dans un contexte d’allodynie ». Pour comprendre son sujet, je vous invite à découvrir la vidéo de sa prestation :


Vidéo de Noemie Mermet, 2ème place du concours… par mt180fr

LA VIDEO DE LA QUINZAINE

Qu’est ce que l’électro-encéphalographie (EEG) ?

On vous parle souvent de cette technique utilisée pour mesurer l’activité du cerveau. Rien ne vaut une vidéo pour comprendre son fonctionnement et ses applications.

EN BREF

  • Le groupe d’experts nommé par la Commission européenne pour évaluer le Human Brain Project a rendu son rapport (voir notre dossier). Il recommande de réintégrer à part entière les neurosciences cognitives dans le projet. C’est aussi la recommandation qu’avait faite Henry Kennedy, directeur du LabEx CORTEX dans son interview vidéo. Un médiateur vient d’être nommé pour résoudre la crise du Human Brain Project. Il s’agit du scientifique allemand Wolfgang Marquardt.

  • L’optogénétique : contrôler le cerveau avec de la lumière. Un article très complet sur cette technique d’avenir dont nous vous parlions dans une précédente revue de presse.

  • Des scientifiques de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), faisant partie du projet européen NEUWalk, ont réussi à refaire marcher un rat paralysé grâce à des stimulations électriques au niveau de la moelle épinière. Ils étaient ainsi capables de contrôler en temps réel les mouvements du rat pour le faire avancer. Les tests cliniques chez l’homme devraient avoir lieu dès l’été prochain.

2 thoughts on “La revue de presse des neurosciences #6”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chercheur(s)

Vincent Giudice

Docteur en biologie, spécialisé dans les cellules souches embryonnaires.

Voir sa page
Autres articles