La revue de presse des neurosciences #8

Au sommaire : une greffe de cellules nerveuses permet à un paraplégique de remarcher, une molécule du cacao pour booster la mémoire et la « conversation des neurones » en vidéo.

(...)

Un paraplégique remarche après une autogreffe de cellules nerveuses

Paraplégique depuis 2010 à la suite d’une agression à l’arme blanche qui lui a sectionné les nerfs de la moelle épinière, un pompier polonais de 38 ans a retrouvé l’usage partiel de ses membres inférieurs. Deux ans après son agression, une équipe de médecins polonais et britanniques a récupéré les cellules nerveuses présentes dans son bulbe olfactif. Ces cellules, dites cellules olfactives engainantes, ont une capacité particulière : elles sont capables de se régénérer de manière importante pour éviter les effets indésirables de l’exposition à l’air, aux microbes et aux poussières. Les médecins ont ensuite greffé ces cellules nerveuses au niveau de la blessure du patient. Après 19 mois de rééducation, ils ont observé une amélioration de la stabilité du tronc, un recouvrement partiel du mouvement volontaire des membres inférieurs et une augmentation de la masse musculaire au niveau des muscles de la cuisse. Le pompier marche aujourd’hui avec un déambulateur, comme on peut le voir dans cette vidéo :

Dans une interview publiée sur le site Sciences et Avenir, le professeur Wlodzimierz Jarmundowicz, responsable de l’équipe de recherche, a précisé que le traitement ne concernait que des blessures provoquées par un instrument tranchant : « C’est le début d’un chemin long et difficile, a-t-il ajouté.Il faudra prouver que cette thérapie a des effets chez d’autres patients souffrant d’une lésion comparable de la colonne vertébrale.« 

Pour en savoir plus :

Une substance présente dans le cacao permet de booster la mémoire

Le froid commence à arriver. Quoi de meilleur qu’un chocolat chaud pour se réchauffer ? Et si, en plus, il permet d’améliorer la mémoire, pourquoi se priver ? Dans une étude récente publiée dans le journal Nature Neuroscience (financée par un fabricant américain de barres chocolatées), une équipe de chercheurs américains a montré l’effet positif sur la mémoire des flavanols, molécules que l’on trouve dans les fèves de cacao, le thé vert ou le vin rouge. Les chercheurs ont comparé le fonctionnement du cerveau de deux groupes de volontaires qui ont bu quotidiennement pendant trois mois des boissons chocolatées plus ou moins concentrées en flavanols (10 mg ou 900 mg). A la fin du régime, le cerveau des différents participants a été observé par IRM fonctionnelle. Ces observations ont mis en évidence une augmentation importante du volume sanguin dans le cerveau des personnes ayant suivi le régime le plus concentré en flavanols. En outre, après un test de mémoire, ces personnes ont montré une meilleure capacité de mémorisation que les volontaires ayant suivi le régime moins concentré. Inutile, toutefois, de doubler votre consommation de chocolat en espérant booster votre mémoire. En effet, la quantité de flavanols trouvée dans le chocolat est minuscule par comparaison à celle consommée par les volontaires de l’étude.

Pour en savoir plus :

LA VIDEO DE LA QUINZAINE

La conversation des neurones en vidéo

Une équipe de chercheurs de l’université d’Harvard a réussi pour la première fois à observer le mouvement des messages transmis par les neurones. Pour cela, ils ont modifié génétiquement des neurones afin que ces derniers s’illuminent lorsque le signal électrique les traverse. Ils ont alors pu filmer la « conversation » des neurones.

Selon Adam Cohen, principal acteur de cette découverte, « cette nouvelle méthode permet d’obtenir beaucoup plus d’informations que la mesure du courant électrique par des électrodes. On peut notamment connaître la vitesse de transmission du message ainsi que son lieu de départ et d’arrivée. On peut également observer ce qu’il se passe à l’intersection entre deux neurones.« 

EN BREF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chercheur(s)

Vincent Giudice

Docteur en biologie, spécialisé dans les cellules souches embryonnaires.

Voir sa page
Autres articles