Chercheur(s)

Angela Sirigu

Directrice de l’Institut de sciences cognitives (ISC) Marc-Jeannerod, chercheure CNRS en neuropsychologie et neuroscience cognitive, médaille d’argent du CNRS en 2013.

Voir sa page
Laboratoire

Institut de science cognitive (ISC) Marc-Jeannerod

L'ISC Marc-Jeannerod (ex-CNC) étudie les mécanismes cérébraux de la cognition et ses dysfonctionnements. Il s’appuie sur une approche multidisciplinaire (physiologie, psychologie, mathématiques, économie, neurologie et psychiatrie). C'est aussi un lieu d'interactions entre recherche fondamentale et clinique où des chercheurs œuvrent pour faire avancer la connaissance sur la physiopathologie de maladies telles que la maladie de Parkinson, la schizophrénie ou l'autisme.

Voir son site
Autres articles
Autres articles

Pint of Science : questions de goûts et de couleurs

Pourquoi aime-t-on certains aliments et pas d’autres ? Quel est le rôle des émotions dans nos préférences alimentaires ? Comment perçoit-on la saveur des aliments dans notre cerveau ? Autant de questions auxquelles Miguel Pedroza et Carmen Licon ont tenté de répondre devant le petit auditoire réuni mercredi 17 mai au café des Feuillants, dans le cadre du festival Pint of Science.

Pint of Science - Le bon goût, ça s'explique ? (2) - Les Feuillants - 17/05/2017 ©Jennifer BeneytonIl est 19h. Le public commence à s’attrouper devant Les Feuillants. Linh et Chloé, les deux coordinatrices de l’événement, font entrer les participants un par un. L’auditoire est jeune. Un rapide sondage à main levée nous apprend que la moitié a fait des études scientifiques. Il y a de l’agitation à l’étage. Le groupe d’étudiants La Science s’infuse prépare les gobelets de dégustation. De la bière aromatisée à la banane, au caramel, à la noisette et même au chocolat, teintée grâce à de savants mélanges de colorants alimentaires : tout est mis en œuvre pour déstabiliser nos papilles.

Sur ce sujet, lire :

Pint of Science : un festival pour découvrir la science autour d'un verre (©PintOfScience)> Pint of Science 2017 : à Lyon, trois événements sur le cerveau

 

La carte du goût : la fin d’un mythe !

Pint of Science - Le bon goût, ça s'explique ? (4) - Carmen Licon - Les Feuillants - 17/05/2017 ©Jennifer BeneytonUne fois l’exercice de dégustation fini, Carmen Licon, post-doctorante au sein de l’équipe Neuropop du CRNL, prend la parole. Sa spécialité c’est le fromage. Tous les fromages suivent exactement les mêmes étapes de fabrication, pourtant on en dénombre plus de 1.000 différents en France. Il en va de même pour le pain et pour le vin. Ce qui fait varier le goût, ce sont d’une part les ingrédients d’origine et d’autre part les éléments extérieurs qui vont jouer sur la composition chimique tout au long du processus de fabrication.

A l’école, nous avons appris que les quatre saveurs principales (sucré, salé, acide, amer) étaient détectées par des zones différentes de notre langue. Ce soir, Carmen nous affirme le contraire. En effet, notre langue possède des bourgeons gustatifs situés sur nos papilles qui détectent toutes les saveurs. La quantité et la sensibilité des bourgeons gustatifs varient d’une personne à l’autre. C’est ce qui explique que nous soyons plus réceptifs à certaines saveurs qu’à d’autres…

L’olfaction : un bombardement d’informations

L’olfaction est un sens très peu étudié. Pourtant les neurones olfactifs sont les seuls à être exposés au monde extérieur. Les recherches dans le domaine sont en pleine effervescence. La perception olfactive peut se faire par deux voies : la voie orthonasale, lorsque l’on inspire, et rétronasale, lorsque l’on ingère des aliments. Les informations délivrées par ces deux voies convergent dans l’épithélium. Chaque fois qu’une molécule touche un neurone olfactif, cela envoie une décharge électrique à notre cerveau, un peu comme du morse. Vous imaginez le volume d’information reçu chaque jour par notre cerveau ? Afin de ne pas s’y perdre, ces informations transitent par un centre spécifique dans le cerveau, le bulbe olfactif qui est chargé de les compiler. Dès lors, nous sommes capables de dire si on aime ou non les odeurs qui nous entourent. L’olfaction est un sens très important dans notre perception de l’ambiance d’un lieu. Le message olfactif se répand ensuite dans différentes zones du cerveau. Les informations gustatives et olfactives se combinent : c’est ce qu’on appelle une approche multisensorielle. 

Sous l’emprise des émotions

Pint of Science - Le bon goût, ça s'explique ? (3) - Miguel Pedroza - Les Feuillants - 17/05/2017 ©Jennifer BeneytonLes aliments jouent un rôle très spécial dans les émotions, souligne Miguel Pedroza, post-doctorant à l’Institut des sciences cognitives Marc-Jeannerod. On parle par exemple de nourriture réconfortante. Mais notre état émotionnel peut aussi influer sur notre perception du goût des aliments. Un vin dégusté entre amis, un soir de fête sera toujours meilleur que le même vin bu le lendemain, seul chez soi. Une expérience a d’ailleurs été faite dans une prestigieuse école de sommellerie bordelaise. Les apprentis sommeliers ont gouté un vin de coopérative, simple, qui n’est pas vieilli en fût de chêne et qui leur a été présenté comme un vin de table ordinaire. Quinze jours plus tard, ils ont dégusté le même vin, sauf que cette fois-ci il avait été présenté comme étant un grand crû classé. Les résultats sont assez stupéfiants. Alors que la première dégustation avait donné lieu à des adjectifs très négatifs sur la qualité du vin, les commentaires de la deuxième dégustation sont dithyrambiques ! Les élèves y perçoivent même un vieillissement en fût de chêne. Ces résultats montrent ainsi que notre perception gustative et olfactive est influencée par des aspects cognitifs.

Le palais et le nez, ça se travaille !

L’âge compte aussi dans notre perception olfactive. Au fil du temps, notre perception s’altère. C’est pourquoi les experts du goûts ou de l’olfaction s’entraînent quotidiennement pour améliorer leur capacité à extraire les informations et à les retranscrire par voie orale. Des études montrent ainsi qu’un cuisinier peut visualiser beaucoup plus rapidement que nous n’importe quel aliment. Les plus grands parfumeurs peuvent imaginer à l’avance ce que telle senteur donnera avec telle autre. La construction aromatique de leurs parfums se fait principalement dans leurs têtes même s’il reste bien évidemment des ajustements à faire ensuite.

Sur ce sujet, lire :

Jean-Claude Ellena, parfumeur de la maison Hermès I AFP PHOTO / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

> Olfaction : les maîtres-parfumeurs ont-ils un don ?

 

A la fin de la soirée, les jeunes chercheurs du groupe La Science s’infuse présentent les résultats de la dégustation. L’échantillon n’étant pas du tout représentatif, il est difficile de tirer des conclusions, mais une tendance se dessine : les arômes présents dans les bières sont plus facilement détectables lorsque la couleur est congruente. Une preuve supplémentaire qu’on goûte et sent avec notre cerveau mais aussi nos émotions et notre cognition !

 

Chercheur(s)

Camille Fauchon

Doctorant en 3e année à l’université Jean-Monet, membre de l’équipe d’intégration centrale de la douleur chez l’homme (NeuroPain) au sein du Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL, Inserm U1028), s’intéresse aux modulations cognitives et émotionnelles de la douleur chez l’homme, en particuliers l’effet de l’empathie et du support social.

Voir sa page
Laboratoire

Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL)

Le CNRL rassemble 11 équipes pluridisciplinaires appartenant à l’Inserm, au CNRS et à l’Université Lyon. Elles travaillent sur le substrat neuronal et moléculaire des fonctions cérébrales, des processus sensoriels et moteurs jusqu'à la cognition. L’objectif est de relier les différents niveaux de compréhension du cerveau et de renforcer les échanges entre avancées conceptuelles fondamentales et défis cliniques.

Voir son site
Autres articles
Autres articles
Chercheur(s)

Gaën Plancher

Maître de conférence à l'université Lumière Lyon 2, Gaën Plancher fait partie de l'équipe Mémoire, émotion, action au sein du laboratoire d'Etudes des mécanismes cognitifs (EMC). Elle est spécialiste de la mémoire.

Voir sa page
Autres articles
Autres articles
Chercheur(s)

Benjamin Monnery

Docteur en économie, actuellement chargé d'enseignement à l'Université Lumière Lyon 2. Membre de l'axe Politiques publiques et espace au sein du Groupe d'analyse et de théorie économique (GATE, CNRS). Ses travaux empiriques tentent de mesurer les effets des politiques publiques aussi bien dans le champ pénal (liens entre prison et récidive) que dans le domaine de la politique (comportements des élus et des électeurs).

Voir sa page
Laboratoire

Groupe d’Analyse et de Théorie Economique Lyon-Saint-Etienne (GATE)

Le GATE est une unité mixte de recherche (UMR 5824) rattachée au CNRS, aux universités Lyon 1, Lyon 2 et Saint-Etienne, ainsi qu’à l’ENS de Lyon. Le laboratoire mène des travaux relevant de l’économie théorique et de l’économie appliquée. Ils portent sur l’économie comportementale, la théorie des jeux et les choix collectifs, les politiques publiques et l’espace, la macroéconomie, la finance et l’histoire de l’analyse économique. Le GATE possède une plateforme expérimentale de pointe, GATE-LAB, qui permet la réalisation d’une grande variété de protocoles expérimentaux.

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Cyril Couffe

Docteur en psychologie cognitive, Cyril Couffe est Webmaster et Community Manager du site Cortex Mag. Il fait également partie de l'équipe Attention, conscience et états de vigilance au sein du laboratoire d’Etude des mécanismes cognitifs (EMC), à l'université Lumière-Lyon 2. Il s'intéresse en particulier à la cognition des salariés en entreprises et à celle des entrepreneurs.

Voir sa page
Laboratoire

Laboratoire d'Etudes des mécanismes cognitifs (EMC)

Le laboratoire EMC rassemble des spécialistes de l'étude de la cognition humaine sur la question des représentations mentales (symboliques ou non-symboliques) et des substrats neuronaux impliqués dans les émotions, l'attention, le langage, la mémoire et l'action. Les recherches fondamentales et appliquées sont menées auprès de populations normales (enfants, jeunes adultes, adultes âgés), déficitaires (dyslexiques, dysphasiques, sourds) et souffrant de pathologies spécifiques (patients Alzheimer, cérébrolésés, psychiatriques).

Voir son site
Autres articles

Conférence : «Nouveaux regards sur l’autisme»

Une conférence sur les dernières avancées sur l’autisme à la lumière des neurosciences. Avec Angela Sirigu et Anna Rita Galiano, mardi 23 mai au Grand Amphi de l’Université de Lyon. Angela Sirigu présentera à cette occasion un nouveau outil de diagnostic de l’autisme.

 

Ces dernières années, la recherche a permis de nombreuses avancées dans la compréhension des mécanismes biologiques associés à l’autisme et aux autres troubles envahissants du développement (TED). Le LabEx Cortex propose de faire le point sur les méthodes de diagnostic et les pistes thérapeutiques avec deux chercheurs de renom : Angela Sirigu et Anna Rita Galiano.

AUTISME : LE GRAND DÉFI DES NEUROSCIENCES
Angela SIRIGU (ISC Marc Jeannerod – CNRS – LabEx CORTEX )
Où en est-on sur la compréhension de l’autisme ? Quelles pistes thérapeutiques sont aujourd’hui envisagées ? Avons-nous des marqueurs précoces identifiables chez le jeune enfant ? Angela Sirigu, directrice de recherche CNRS, tentera d’apporter des réponses et vous présentera aussi une nouvelle technique innovante de diagnostic.

AUTISME ET CÉCITÉ : REGARDS CROISÉS
Anna Rita GALIANO (Université Lyon 2)
Du fait de certaines ressemblances de comportement d’un enfant autiste et d’un enfant aveugle, le diagnostic demeure difficile à poser. Anna Galiano, maître de conférences à Lyon 2, proposera certaines pistes à l’étude.

Informations pratiques

  • Mardi 23 mai de 18h30 à 20h30.
  • Grand Amphi de l’Université de lyon, 90 rue Pasteur, 69007 Lyon.
  • Accès : Tram T1 arrêt Quai Claude Bernard, Tram T2 arrêt Centre Berthelot.
  • Entrée libre et gratuite – interprètes LSF
  • Accès aux personnes à mobilité réduite – ouverture de la salle à 18h

Téléchargez ici le flyer de la conférence :

Flyer Conférence Nouveaux Regards

Chercheur(s)

Antoine Lutz

Chargé de recherche au Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL). Membre de l’équipe de recherche Dynamique cérébrale et cognition (Dycog). A travaillé dans le laboratoire dirigé par Richard Davidson à l’université du Wisconsin (Madison, Etats-Unis). Dirige le projet de recherche ERC Brain and Mindfulness, qui vise à étudier les processus expérientiels, cognitifs et neuronaux sous-tendant la pratique de la méditation de pleine conscience.

Voir sa page
Laboratoire

Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL)

Le CNRL rassemble 11 équipes pluridisciplinaires appartenant à l’Inserm, au CNRS et à l’Université Lyon. Elles travaillent sur le substrat neuronal et moléculaire des fonctions cérébrales, des processus sensoriels et moteurs jusqu'à la cognition. L’objectif est de relier les différents niveaux de compréhension du cerveau et de renforcer les échanges entre avancées conceptuelles fondamentales et défis cliniques.

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Hanna Chainay

Professeur en neuropsychologie et psychologie cognitive à l’Université Lumière Lyon 2. Membre de l’équipe de recherche Mémoire Émotion Action au sein du Laboratoires d’étude des mécanismes cognitifs (LEMC). Ses travaux portent sur les processus normaux et pathologiques de la mémoire, le vieillissement et les effets des émotions sur la mémoire.

Voir sa page
Laboratoire

Laboratoire d'Etudes des mécanismes cognitifs (EMC)

Le laboratoire EMC rassemble des spécialistes de l'étude de la cognition humaine sur la question des représentations mentales (symboliques ou non-symboliques) et des substrats neuronaux impliqués dans les émotions, l'attention, le langage, la mémoire et l'action. Les recherches fondamentales et appliquées sont menées auprès de populations normales (enfants, jeunes adultes, adultes âgés), déficitaires (dyslexiques, dysphasiques, sourds) et souffrant de pathologies spécifiques (patients Alzheimer, cérébrolésés, psychiatriques).

Voir son site
Autres articles
Autres articles

Semaine du Cerveau 2017 à Lyon

La 19e édition de la Semaine du Cerveau, coordonnée par la Société des neurosciences, aura lieu en France et dans 62 pays dans le monde du 13 au 19 mars 2017. Pendant toute cette semaine, le grand public pourra aller à la rencontre des chercheurs pour apprendre à mieux connaître le cerveau et s’informer sur l’actualité de la recherche. Ateliers, expositions, ciné-débat, rencontres, visites de laboratoires, conférences : de nombreuses animations sont proposées dans toute la ville.

 

A Lyon, l’événement aura lieu de 13 mars au 21 mars. De quoi répondre à l’intérêt grandissant du grand public pour les neurosciences ! Cette année, les organisateurs proposent des animations originales aussi bien au niveau du format que des thématiques abordées.

Projection de film et débat : L’enfant sauvage – François Truffaut – 1970

Lundi 13 mars de 18h à 21h
Théâtre Astrée 
Campus de la Doua 
6-8 Avenue Gaston Berger 
Villeurbanne
Animation : Alex Lena et Cléo Schweyer – UCBL, avec la présence de neuroscientifiques

Si la socialisation est un préambule à la poursuite d’un destin commun, en donnant une place fondamentale à l’enfant-sauvage comme figure de passage d’un état de nature au contrat social, les sociétés humaines se construisent en refoulant toute animalité. Quels regards portent les neurosciences sur la question des mythes fondateurs de la socialisation ? Le bien commun est-il le fruit exclusif du cerveau humain ?

Conférence : Quand se mettre à la place d’autrui dépasse la métaphore

Mardi 14 mars de 18h30 à 20h30
Université Catholique de Lyon (UCLY-campus Saint-Paul)
10 Place des Archives,
69002 Lyon
Amphithéâtre Mérieux
Animation : François QUESQUE Docteur en Psychologie et Psychologue Post-doc au CNRL, INSERM U1028, equipe ImpAct

De nombreux médias populaires s’attachent à décrypter les liens qui existeraient entre les mouvements et la vie mentale des individus. Nous verrons ensemble comment les recherches scientifiques actuelles nous permettent de mieux comprendre l’inscription corporelle de nos capacités à accéder à la perception, aux émotions, et même aux croyances d’autres individus.

Conférence : Pourquoi croyons-nous percevoir la réalité ? Des illusions à la communication.

Mercredi 15 mars de 18h30 à 20h
Bibliothèque Municipale Part Dieu
30 Boulevard Marius Vivier Merle
69003 Lyon
Animation : Yves Rossetti – ImpAct du CRNL

Les illusions nous montrent que nous ne percevons pas la réalité et le travail complexe que le cerveau réalise pour l’appréhender. Elles permettent d’explorer comment notre perception résout les problèmes posés par l’ambiguïté des signaux que nous recevons.
En dépit des apparences, la communication obéit aux mêmes règles que la perception : le cerveau préfère tout miser sur une interprétation que de rester dans l’ambigüité, au risque de se tromper tout en croyant avoir raison. Comment retrouver alors l’ouverture de rencontrer l’autre ?

Conférence : Les pouvoirs de l’esprit ?

Jeudi 16 mars de 19h à 20h30
Bibliothèque Municipale Part Dieu
30 Boulevard Marius Vivier Merle
69003 Lyon
Animation en duplex avec la cité des sciences et de l’industrie : Antoine Lutz, chercheur Inserm au Centre de Recherche en Neuroscience de Lyon, Dr Cécile Sabourdy, Neurologue au CHU de Grenoble, et le Dr Prisca Bauer, chercheur au Centre de Recherche en Neuroscience de Lyon

Les thérapies alternatives comme l’hypnose ou l’EMDR se développent pour accompagner la gestion du stress, de douleurs chroniques, d’addictions, sans oublier la méditation pour l’amélioration du contrôle des émotions et de l’attention. Comment ces thérapies alternatives agissent-elles sur le fonctionnement de notre cerveau ? Quelles sont leurs implications dans l’amélioration de notre santé ?

Atelier : Au cœur des Sciences Cognitives

Mercredi 15 mars (> uniquement sur inscription.)
Institut des Sciences Cognitives Marc Jeannerod UMR 5304
67 Bd Pinel
69500 Bron

Si vous aussi vous êtes curieux.se de découvrir ce qui se cache sous le terme de « sciences cognitives » nous vous invitons à participer de manière ludique à différents ateliers scientifiques. Sous forme de visite de 2h vous découvrirez les différents outils expérimentaux et serez accompagné.e par des chercheurs spécialistes du domaine ainsi que des ingénieurs et étudiants.
Pour ceux et celles d’entre vous qui souhaiteraient approfondir certaines questions scientifiques, nous vous invitons à participer à nos sessions de « science dating » de 15 min avec les chercheurs

D’autres manifestations vous attendent également, comme des visites de laboratoires, émissions radio-télévision, spectacles-débats et échanges avec les chercheurs en neurosciences. N’hésitez pas à consulter le programme complet et réserver vos places pour les différentes interventions !

> Télécharger le programme de la Semaine du Cerveau à Lyon et dans le Rhône.
> Le site de la Semaine du Cerveau

Le LabEX CORTEX à la Semaine du Cerveau

Le LabEX CORTEX fait partie du comité d’organisation de la Semaine du Cerveau à Lyon et dans le Rhône. Plusieurs chercheurs travaillant au sein de ses laboratoires participeront aux événements proposés :
• Kristien AARTS (Inserm -CRNL)
• Oussama ABDOUN (Inserm -CRNL)
• Prisca BAUER-SOLA (Inserm -CRNL)
• Eric CHABANAT (CNRS-CRNL)
• Hesham ELSHAFEI (CNRS-CRNL)
• Enrico FUCCI (Inserm-CRNL)
• Roxane HOYER (CNRS-CRNL)
• Antoine LUTZ (CNRS-CRNL)
• Stefano POLETTI (Inserm-CRNL)
• Emmanuel PROCYK (SBRI)
• François QUESQUE (Inserm-CRNL)
• Patrice REVOL (CNRS-CRNL)
• Yves ROSSETTI (Inserm-CRNL)
• Jelle ZORN (Inserm-CRNL)

Chercheur(s)

Pierre Savatier

Biologiste de formation, Pierre Savatier est directeur de recherche à l’Inserm. Il travaille au sein de l’Institut de recherche cellule souche et cerveau (SBRI) de Lyon, où il est responsable de l’équipe Cellules souches pluripotentes chez les mammifères. Celle-ci étudie les mécanismes de contrôle de la pluripotence aussi bien chez la souris, le lapin et le macaque que chez l’homme

Voir sa page
Laboratoire

Institut de recherche cellule souche et cerveau (SBRI)

Le SBRI cherche à définir les caractéristiques du cortex humain, de son développement à l’organisation des réseaux neuronaux qui le composent et rendent possible les fonctions cognitives supérieures. Pour cela, il fait appel à de nombreuses disciplines : biologie cellulaire et moléculaire, neuroanatomie, neurophysiologie, psychophysique, comportement, psychologie expérimentale, neurocomputation, modélisation et robotique. Le SBRI est dirigé par Colette Dehay et Henry Kennedy.

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Mélodie Fouillen

Doctorante au sein de l’équipe Dycog (dynamique cérébrale et cognition) du Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL). Sa thèse : « Vers une alternative non-médicamenteuse pour la prise en charge du TDA/H : évaluation clinique d’un nouveau marqueur neurophysiologique pour l’entraînement de l’attention par interface cerveau-ordinateur. »

Voir sa page
Laboratoire

Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL)

Le CNRL rassemble 11 équipes pluridisciplinaires appartenant à l’Inserm, au CNRS et à l’Université Lyon. Elles travaillent sur le substrat neuronal et moléculaire des fonctions cérébrales, des processus sensoriels et moteurs jusqu'à la cognition. L’objectif est de relier les différents niveaux de compréhension du cerveau et de renforcer les échanges entre avancées conceptuelles fondamentales et défis cliniques.

Voir son site
Autres articles
Chercheur(s)

Cyril Couffe

Docteur en psychologie cognitive, Cyril Couffe est Webmaster et Community Manager du site Cortex Mag. Il fait également partie de l'équipe Attention, conscience et états de vigilance au sein du laboratoire d’Etude des mécanismes cognitifs (EMC), à l'université Lumière-Lyon 2. Il s'intéresse en particulier à la cognition des salariés en entreprises et à celle des entrepreneurs.

Voir sa page
Laboratoire

Laboratoire d'Etudes des mécanismes cognitifs (EMC)

Le laboratoire EMC rassemble des spécialistes de l'étude de la cognition humaine sur la question des représentations mentales (symboliques ou non-symboliques) et des substrats neuronaux impliqués dans les émotions, l'attention, le langage, la mémoire et l'action. Les recherches fondamentales et appliquées sont menées auprès de populations normales (enfants, jeunes adultes, adultes âgés), déficitaires (dyslexiques, dysphasiques, sourds) et souffrant de pathologies spécifiques (patients Alzheimer, cérébrolésés, psychiatriques).

Voir son site
Autres articles