Atole, un programme pour apprendre aux élèves à maîtriser leur attention



Jean-Philippe Lachaux vient de lancer un ambitieux programme de recherche destiné à développer les capacités attentionnelles de l’enfant et de l’adolescent dans un contexte scolaire. Dénommé Atole, ce projet s’appuie sur les résultats les plus récents issus des neurosciences cognitives. Il sera mis en place sous forme d’ateliers dans différents établissements de la région Rhône-Alpes.



Le programme Atole (pour « ATtentif à l’écOLE ») vise ainsi à développer les capacités attentionnelles de l’enfant et de l’adolescent dans un contexte scolaire. Il s’adresse à tous les enfants de 6 à 18 ans, et non pas seulement à ceux qui souffrent de troubles déficitaires de l’attention. Nous croyons en effet que tous les élèves gagneraient à acquérir une meilleure maîtrise de leur attention.

Ce programme d’apprentissage de l’attention se présente sous forme d’ateliers. Il comprend trois axes principaux visant à apprendre aux élèves à « faire attention à l’attention ». Il s’agira pratiquement de :

  • leur expliquer les mécanismes biologiques de l’attention de façon à les intéresser à l’étude ;
  • leur apprendre à déceler et à gérer les situations de conflits attentionnels en développant un « sens de l’équilibre attentionnel » ;
  • les aider à percevoir et à compenser les premiers signes de distraction.

Point de départ : le cycle perception-action

Une particularité de ce projet est de s’ancrer fortement dans les neurosciences cognitives fondamentales. Ainsi, notre point de départ, sur le plan théorique, est le « cycle perception-action », considéré comme la « brique élémentaire » de la cognition. C’est à ce niveau, nous semble-t-il, que doit s’entraîner l’attention : toute distraction ne se ramène-t-elle pas en effet à un mauvais choix de l’action au sein d’un ou de plusieurs cycles perception-action ?

Prenons l’exemple d’un élève relisant sa dictée. Du point de vue cognitif, l’exercice consiste à mettre en place un processus d’estimation de la justesse orthographique (action) appliqué à chaque mot sur lequel se pose le regard (perception). Mais il suffit que le processus soit remplacé, le temps d’un cycle, par un autre (analyse sémantique du mot, par exemple) pour qu’il perde de son efficacité. Ainsi, l’élève lit dans une phrase le mot « corbau » mais, comme ce mot lui fait penser à un film qu’il a vu la veille, il ne repère pas la faute d’orthographe. On dira alors qu’il a relu son texte de manière distraite ou qu’il n’était pas concentré. La capacité de concentration correspond donc dans notre projet à la capacité à choisir de manière continue la bonne action (qu’elle soit motrice ou mentale) au sein de chaque cycle perception-action.

Une collaboration avec des enseignants

Autre particularité de notre programme : il sera mené en collaboration avec plusieurs écoles, collèges et lycées avec lesquels nous entretenons déjà un partenariat autour de la question de l’attention.Il s’agit ici de transformer les premiers fruits de cette collaboration en véritables ateliers d’apprentissage de l’attention, très orientés sur la pratique, dont le principe puisse être facilement transposé à d’autres établissements.

Il s’agit donc d’un programme ambitieux, qui vise à placer au centre de la vie scolaire la question de l’attention et de sa maîtrise, non seulement pour améliorer la qualité de l’apprentissage et les performances des dispositifs de formation, mais aussi pour préparer les enfants et les adolescents à leur vie d’adulte.

Pour tout renseignement sur le programme Atole, contacter Bénédicte Terrier, de l’Inserm.

Chercheur(s)

Jean-Philippe Lachaux

Directeur de recherche au sein de l’équipe Dynamique cérébrale et cognition (Dycog) du Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL), Jean-Philippe Lachaux cherche à « apprivoiser l’attention ». Son objectif est de déduire des neurosciences des pratiques d’entraînement permettant à chacun d’atteindre un état attentionnel optimal. Il est en train de lancer un programme de ce type dans un réseau d’écoles. Il est aussi l’auteur du Cerveau attentif (Odile Jacob, 2011).

Voir sa page

Jean-Philippe Lachaux

Laboratoire

Dynamique cérébrale et cognition (Dycog)

Etudie les mécanismes de la perception et de la cognition chez l’homme. Son objectif est de comprendre le substrat neurophysiologique de ces fonctions chez le sujet sain ainsi que leur dysfonctionnement en neurologie et en psychiatrie.

À lire également

Autres articles

Angela Sirigu - "Autisme : Les études cliniques confirment l’action thérapeutique de l’ocytocine " ©Macsnap/iStock
Angela Sirigu : « Les études cliniques confirment l’action thérapeutique de l’ocytocine sur les patients autistes. »

Où en est-on de la compréhension de l’autisme ? Quelles pistes thérapeutiques sont envisagées aujourd’hui ? Directrice de l’Institut de sciences cognitives (ISC) Marc-Jeannerod à Lyon, Angela ...... Lire la suite...

Lire la suite ...
Syndrome d'Asperger
Comment les personnes autistes perçoivent le monde

Un flux d’informations sensorielles envahissant, une perception très intense de la réalité : tels sont les mots souvent utilisés par les personnes présentant des troubles du ...... Lire la suite...

Lire la suite ...
Le cerveau artistique - conférence LabEX CORTEX - 7 juin 2016
Le cerveau artistique : deux conférences du LabEx CORTEX

Cette année, pour sa soirée de conférences grand public, le LabEx CORTEX fait dialoguer les neurosciences avec la musique et la peinture. Rendez-vous le mardi 7 ...... Lire la suite...

Lire la suite ...