Angela Sirigu : « La stimulation du nerf vague offre aux patients gravement cérébrolésés une chance de communiquer. »



Plongé depuis quinze ans dans un état végétatif, un homme de 35 ans a recouvré des signes de conscience grâce à la stimulation du nerf vague. Ce résultat, publié le 25 septembre dans la revue Current Biology, a été obtenu par une équipe lyonnaise associant l’Institut des sciences cognitives-Marc-Jeannerod (CNRS – Université de Lyon) et les Hospices civils de Lyon. Co-auteur de l’article et directrice de l’ISC, Angela Sirigu explique la portée de cette avancée.

Pouvez-vous nous présenter les résultats obtenus par l’équipe lyonnaise ?
Après avoir stimulé électriquement durant un mois le nerf vague Nerf crânien au territoire étendu qui convoie des informations motrices, sensitives, sensorielles et surtout végétatives parasympathiques Nerf crânien au territoire étendu qui convoie des informations motrices, sensitives, sensorielles et surtout végétatives parasympathiques d’un patient plongé depuis quinze ans dans un état végétatif, nous avons constaté une amélioration notable de son état de conscience. Il pouvait ainsi répondre à des consignes simples, comme suivre un objet du regard ou tourner la tête, ce qui lui était impossible auparavant. Sa mère nous a assuré qu’il restait davantage éveillé lorsqu’un thérapeute lui lisait un livre. Il réagissait aussi fortement quand une personne approchait son visage très près du sien.

Au niveau cérébral, les résultats montrent également des changements majeurs. L’électroencéphalographie a mis en évidence une amélioration du signal spécifique d’un état de conscience minimale dans les zones importantes pour le mouvement, les sensations corporelles et la conscience. Autre fait notable, la stimulation du nerf vague (SNV) a intensifié la communication entre ces régions. Enfin, un PET scan Tomographie par émission de positrons, ou TEP en français. Tomographie par émission de positrons, ou TEP en français. a montré une hausse de l’activité métabolique dans les régions corticales et sous-corticales.

Augmentation du métabolisme après SNV.

Le cerveau en état végétatif (à gauche) montre une augmentation de son métabolisme trois mois après la stimulation du nerf vague (à droite) (CNRS).

Pourquoi avoir misé sur le nerf vague ?
Le nerf vague est un long nerf qui part du cerveau et innerve de nombreux organes et muscles des systèmes cardiaque, digestif et respiratoire pour en réguler le fonctionnement. Dans le cerveau, il module l’activité de la « formation réticulée », une région du thalamus impliquée dans l’éveil, ainsi que d’autres régions cérébrales profondes importantes pour les fonctions vitales. En outre, l’activité du nerf vague augmente la neurotransmission de l’adrénaline, molécule également importante pour l’éveil et la vigilance.

Pourquoi avoir choisi ce patient ?
Ce jeune homme s’est retrouvé dans un état végétatif à l’âge de 20 ans, à la suite d’un accident de voiture ayant entrainé de graves lésions cérébrales. En quinze ans, son état n’a pas évolué – ce qu’on appelle un état d’« éveil non répondant ». Nous nous sommes dit que si des changements étaient observés après la SNV, cela ne pourrait être fortuit.

Avez-vous été surpris de ce que vous avez observé ?
Non, les résultats étaient conformes aux hypothèses que nous avions faites. Il a été réconfortant pour nous de constater que les changements suscités par la SNV correspondaient à ce qui se passe lorsqu’un patient passe spontanément d’un état végétatif à un état de conscience minimale. Cela suggère que la SNV active un mécanisme physiologique naturel.

Quel enseignement tirer de ces résultats ?
Jusqu’ici on pensait qu’il n’existait aucun espoir d’amélioration chez des patients sévèrement cérébrolésés depuis plus d’un an. Notre étude montre que ce n’est pas vrai. Cette technique offre à ces personnes une chance de communiquer avec le monde extérieur.

Que souhaiteriez-vous que le grand public retienne de votre travail ?
Ces résultats montre l’incroyable plasticité du cerveau et capacité à se réparer.

Quelle est pour vous la prochaine étape ?
J’envisage une grande étude collaborative impliquant plusieurs centres de recherche clinique pour confirmer et élargir le potentiel thérapeutique de ce traitement. Mais en tant que neurologiste cognitif, mon objectif est aussi de comprendre les mécanismes neuronaux qui sous-tendent la conscience.

Interview réalisée par la rédaction de Cell Press,
traduction Cortex Mag.

Pour aller plus loin
> L’article publié dans la revue Current Biology.
> L’article du Monde.

Chercheur(s)

Angela Sirigu

Directrice de l’Institut de sciences cognitives (ISC) Marc-Jeannerod, chercheure CNRS en neuropsychologie et neuroscience cognitive, médaille d’argent du CNRS en 2013.

Voir sa page

Angela Sirigu

Laboratoire

Institut des sciences cognitives (ISC) Marc-Jeannerod

L'Institut des sciences cognitives Marc-Jeannerod rassemble six équipes pluridisciplinaires appartenant au CNRS et à l’Université Lyon. Elles travaillent sur le substrat et les mécanismes cérébraux à l'œuvre dans les processus sensoriels et cognitifs allant jusqu'à la cognition sociale. L’objectif est de relier les différents niveaux de compréhension du cerveau et de renforcer les échanges entre avancées conceptuelles fondamentales et défis cliniques.

À lire également

Autres articles

Covid-19 : le virus pourrait-il envahir le système nerveux ? (Maridav/Shutterstock)
Covid-19 : le virus pourrait-il envahir le système nerveux ?

Une étude récente suggère que le coronavirus à l'origine du Covid-19 pourrait infecter le système nerveux central comme d'autres coronavirus. Nous avons demandé à Perrine Seguin, médecin et ...... Lire la suite...

Lire la suite ...
Fondements neuronaux et cognitifs de l’empathie, par Camille Fauchon, équipe NeuroPain au sein du Centre de recherche en neurosciences de Lyon (Inserm). Photo : Kai Weinszieh/MPG
J’ai mal pour toi : fondements neuronaux et cognitifs de l’empathie

Pourquoi avons-nous du mal à voir quelqu’un souffrir ? Comment sa douleur nous rejoint-elle ? Une réaction empathique peut-elle réduire la souffrance ? Telles sont les questions que se posent les ...... Lire la suite...

Lire la suite ...
Les animaux aussi apprennent de leurs erreursBillion Photos © Shutterstock/Billion Photos
Les animaux aussi apprennent de leurs erreurs

Une récente recension d’études nous en dit plus sur les mécanismes cérébraux impliqués dans l’apprentissage par essai-erreur et la prise de décision chez les primates.... Lire la suite...

Lire la suite ...